Le gouvernement n'aime pas la haine [vidéos]

/ le 21 mars 2016
Le gouvernement n'aime pas la haine
C'est le nouveau combat du gouvernement Valls sur les réseaux sociaux et dans les médias : éradiquer la haine. Tout simplement. Six spots jouent sur les clichés les plus dégueulasses qui collent aux différentes communautés qui font la France de 2016.

 

La haine, c'est mal. Et c'est bien le moment de le rappeler. Déjà parce que, d'habitude, ce sont les candidates à Miss France qui le disent, et l'élection n'est qu'en décembre. Ensuite parce que c'est aujourd'hui la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale (dixit l'ONU) couplée à la Semaine d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme (dixit le gouvernement). La réaction des twittos à la dernière campagne de sensibilisation gouvernementale montre qu'il y a encore du boulot !

Les six spots préparés par la com' de l'exécutif frappent fort. Passage à tabac ultra-violent dans la cour d'un lycée, tête de porc empalée sur la grille d'une mosquée... Les vidéos ne font pas dans la demi-mesure : les images chocs sont plaquées sur des discussions de café en apparence plus paisibles. En apparence seulement. Les dialogues dérapent sur les pires clichés stigmatisant : "Les Juifs contrôlent tout", "Les mosquées cachent des traditions d'un autre âge"... Façon de montrer qu'on a vite fait de passer des paroles aux actes.

 

 

 

 

 

 

 

Le hashtag #TousUnisContreLaHaine commence à buzzer sur Twitter, relayé pas la ministre de l'Education Nationale Najat Vallaud-Belkacem. Mais la fachosphère tente déjà de s'en emparer, reprochant au gouvernement un discours déséquilibré qui ne mentionne pas le racisme anti-blancs. Le message, qui se voulait rassembleur, réussit ainsi à diviser un peu plus. Désastreux mais révélateur : les violences racistes et antisémites ont bondi de 22% l'an dernier, avec une recrudescence particulièrement marquée des actes islamophobes.

On ne reproduira pas ces tweets ici, évidemment. Ils sont plus nombreux que les messages de paix espérés. La preuve, en tout cas, que les réseaux sociaux réagissent rarement comme on le souhaiterait. Les détournements des messages de prévention aux risques terroristes étaient plus rigolos.

 

 

Une campagne de testing est également prévue fin mars pour mettre en évidence les discriminations à l'embauche.

 


Photo de couverture : capture d'écran de la campagne #TousUnisContreLaHaine.

/ le 21 mars 2016

Commentaires