Le gouvernement iranien lance un site islamique de rencontres

/ le 18 juin 2015
Le gouvernement iranien lance un site de rencontres
Voyant son taux de natalité décroître d'année en année, le gouvernement iranien a décidé de jouer les entremetteurs. Il lance son propre site de rencontre. Ne cherchez pas l'amour, le gouvernement trouvera votre dulciné(e) pour vous.

Mis en ligne lundi 15 juin, Hamsan Tebyan ("Trouve ton égal", en farsi) vise à mettre en contact des célibataires pour former un couple "officiel" et durable. Les règles d'utlisation affichent la couleur : chaque célibataire doit fournir des renseignements personnels et répondre à un questionnaire sur sa pratique religieuse.

Page d'accueil Hamsan Tebyan / Capture d'écran


Un détail qui a son importance : les célibataires ne décident pas eux-mêmes de la personne qu'ils veulent séduire, ils sont mis en relation par des "faiseurs de couples". Ces entremetteurs sont recrutés par les autorités iranniennes.

Créer de "vraies familles"

Avec ce site, la République islamique d'Iran veut lutter contre les relations hors-mariage et le célibat. Le gouvernement veut en faire une alternative aux 350 sites qui proposent des "unions temporaires". Ces mariages, qui finisssent rapidement en divorce, servent à légaliser les relations sexuelles des jeunes iraniens. Les autorités jugent ces sites "illégaux" et "immoraux".

  

Famille iranienne modèle /  CC Flickr Kamyar Adi

L'Iran, c'est 80 millions d'habitants, dont 11 millions de célibataires. Pour le ministre adjoint de la Jeunesse et des Sports, Mahmoud Golzari, "cela signifie qu'il n'y a pas de famille et pas d'enfants". Un phénomène que le gouvernement espère endiguer en incitant les célibataires à se marier.

A l'essai depuis un an, le site a déjà fait se rencontrer 3 000 personnes, mises en relation par 130 "faiseurs de couples", et a conduit à une centaine de mariages. Cela ne devrait pas s'arrêter là. Les autorités ont carrément pour objectif de doubler la population iranienne d'ici 50 ans. Dans ce but, le gouvernement espère atteindre la barrière symbolique de 100 000 unions par an.

 



Constance Journet
Image d'illustration : CC Flickr Hapal

/ le 18 juin 2015

Commentaires