Le Dr Martens cède son cabinet

Par Augustin Arrivé / le 24 octobre 2013
Le Dr Martens change de cabinet
La cultissime marque de chaussures britannique vient d'être rachetée par un énorme fonds d'investissement européen pour plus de 350 millions d'euros. Ca fait beaucoup pour ce qui ne devait être qu'une chaussure orthopédique pour sexagénaires.

 

Augustin Arrivé, de la rédac' du Mouv', porte des New Balance, mais comme il est ouvert d'esprit, il a bien voulu traiter le sujet. Ecoutez son papier ci-dessous :

 

La Dr Martens coûte 300 millions de livres sterling. Pas la paire, la marque. Le fonds d'investissement européen Permira vient de signer le chèque. "Nous avons hâte d'aider les dirigeants à assurer cette nouvelle phase enthousiasmante du développement de l'entreprise", affirme le repreneur, qui détient déjà Hugo Boss. Ce symbole de la culture punk se retrouve ainsi sous le même toit que la société qui dessinait les uniformes nazis pendant le IIIe Reich.

 

This is England, réalisé par Shane Meadows, bande-annonce © Film4, 2006 

 

De toute façon, ça fait bien longtemps que les chaussures à coussin d'air ont quitté les groupes anars de Londres. Aujourd'hui, si les nostalgiques des Pistols continuent de lacer leurs "1-4-60" jusqu'au dessus de la cheville, la bimbo-trash Miley Cyrus, pur produit capitaliste, en porte aussi, de manière toutefois plus aérée :

 

Miley Cyrus en Dr Martens dans le clip de"Wrecking Ball" © RCA Records, 2013

 

Les docs sont nées en Allemagne, de la rencontre entre un médecin, Klaus Märtens, et un ingénieur, Herbert Funck. Le premier venait de se démolir en skis, et par commodité il s'est mis à réfléchir à un nouveau modèle de souliers qui l'aiderait à se déplacer. Le Britannique Bill Griggs rachète la licence à la fin des années 50, et les pompes sur coussin d'air se retrouvent aux pieds de la plupart des travailleurs du service public de sa Majesté. God save la reine, au moins pour ça.

Pete Townshend, guitariste des Who

 

 

Puis Pete Townshend, le guitariste des Who, les transforme en emblême politique. Sur scène, il les arbore fièrement, comme un signe de ralliement à la classe ouvrière. La jeunesse l'observe et l'imite. Paul Simonon, des Clash, lui emboîte le pas, comme plus tard Robert Smith avec les Cure. La Doc devient la chaussure de la culture contestataire.

 

Ses possesseurs lui inventent un langage. Les Dr Martens sont comme les fleurs : leurs couleurs expriment des sentiments. On reconnait sa tribu grâce aux teintes de ses lacets. Les fafs en portent des blancs, les anars des noirs, les redskins les choisissent rouges (évidemment) et si vous en repérez des rayés noir et blanc, c'est que vous vous trouvez probablement face à un militant anti-raciste.

 

Le dalai lama avec un copain © DR

 

L'underground finit logiquement par être récupéré par la norme. Les Docs, sulfureuses, séduisent le petit bourgeois en mal de rébellion. Scarlett Johansonn se balade avec, so chic, en plein Manhattan. Même le Dalaï Lama, paraît-il, en aurait une paire. J'avoue que sur cette photo (ci-contre), j'ai un peu de mal à les identifier.

 

Les chaussures punks sont devenues pop. Internet regorge de séries griffées, à l'effigie de Dexter ou du Cri de Munch. Ca ne veut plus rien dire, ça ne dénonce plus rien, c'est juste cool, branchouille et apparemment indémodable.

 

 

Un demi-siècle après la couture de sa première semelle, la société Griggs est toujours basée au même endroit, à Wollaston, dans le centre de l'Angleterre. Ca permet d'entretenir la légende, même si la majeure partie de la production vient désormais de Chine.

 

Enfin bon, on n'est pas non plus OBLIGES d'en porter. Il y a aussi des chaussures françaises, madame monsieur ! Elisabeth Bonneau nous avait par exemple présenté ici la marque 1083.

 

Et le punk is décidément un peu dead, puisqu'il a quitté les faubourgs pour entrer au musée. Ca se passe ici.

 

Par Augustin Arrivé / le 24 octobre 2013

Commentaires