Le dernier vol de Miyazaki

/ le 02 septembre 2013
Le dernier vol de Miyazaki
Le maître de l'animation japonaise prend sa retraite. Présenté à la Mostra de Venise, "Le vent se lève" sera son dernier film. Retour en image sur l’œuvre de Hayao Miyazaki.

 

A 72 ans passés Hayao Miyazaki ne réalisera plus de films. C'est moche. Morceaux de sa filmo par Sébastien Sabiron de la rédac' du Mouv'.

 

C'est sans doute son film le plus bouleversant, le plus adulte, le plus personnel aussi. Kaze Tachinu (Le Vent se lève) s'inspire de la vie de Jiro Horikoshi, l'ingénieur aéronautique japonais qui a mis au point l'avion de chasse "Zéro", l'arme de mort qui a fondu sur Pearl Harbor.

Sorti le 20 juillet au Japon (attendu en France en 2014) , Le vent se lève est en lice pour le Lion d'or à la Mostra de Venise.

 

Comme toujours chez Miyazaki, Le Vent se lève est un film sombre, sous des abords colorés. Il évoque sa passion de l'aviation et la figure de son père, un avionneur rendu riche par l'embardée kamikaze de l'armée japonaise.

C'est la première fois que Miyazaki s'inspire d'une histoire vraie. Car le cinéaste est avant tout un faiseur de rêve. En 1984 déjà, il mettait en scène la figure du vol dans Nausicaä de la vallée du vent. Premier carton sur grand écran pour Miyasaki, c'est aussi la première production du fameux Studio Ghibli.  

 

Nausicaä (qui aura sans doute une suite un jour, Augustin Arrivé vous en dit plus ici) est un manifeste, qui rassemble les thèmes de prédilection du mangaka : l'écologie, la science, la guerre et l'acceptation de l'autre. Des thématiques une nouvelle fois rassemblées dans Princesse Mononoké, sorti en 1997.

 

En 2001, Miyazaki signe son chef d'oeuvre, avec Le Voyage de Chihiro. Déjanté, coloré, poétique autant qu'anxiogène, ce conte cruel nous emmène très loin dans l'imaginaire de l'auteur. Il est le premier film non anglophone à dépasser les 200 millions de dollars de recettes (jusqu'à la sortie d'Intouchables en 2011.)   

 

Antithèse de Walt Disney (même si les films Ghibli sont distribués par Disney hors Japon depuis 1996), Miyazaki s'est toujours gardé de tout moralisme à l'eau de rose. Chez lui, l'onirisme et la poésie ne vont jamais sans une part d'ombre et de cruauté.

Michel Reilhac est l'ancien directeur d'Arte Cinéma. Il avait invité Miyasaki à Paris en 2001 et le considère  comme l'héritier des frères Grimm :

Michel Reilhac interrogé par Philippe Dana dans le Une/Deux du Mouv'

Miyazaki joue avec l'idée de son retrait de la vie artistique depuis la sortie du Chateau Ambulant en 2004. Avant d'avoir confirmation de la nouvelle à Venise, les journalistes ont d'abord cru a un canular. Formés à l'école du maître, on suppose que les dessinateurs du studio Ghibli sauront prolonger son univers. Jusqu'aux confins de l'imaginaire.

Suivez Sébastien Sabiron sur Twitter : (@sebsabiron)

/ le 02 septembre 2013

Commentaires