Le carnet de bord des playoffs NBA (ep. 8) : Les Warriors ont mis la fièvre aux Cavaliers

Par Julien Bihan / le 02 juin 2017
Le carnet de bord : Les Warriors ont mis la fièvre aux Cavaliers
22 points d’écart… Le premier acte des finales NBA commence par une douce volée. Perte de balle, passivité, maladresse, les coéquipiers de LeBron James ont passé une sale soirée lors du premier match face aux Warriors.

Le Super Saiyan : La revanche de Kevin Durant

L’année dernière, Kevin Durant porte encore le maillot bleu électrique d’Oklahoma City. Après avoir mené 3-1 en finale de conférence face à Golden State, l’ancien MVP échoue de peu face à la franchise menée par Stephen Curry. Une terrible désillusion. À l’intersaison, le contrat qui lie KD au Thunder arrive à son terme. Maintenant, il peut s’engager n’importe où. Le longiligne ailier prend la plume et dévoile sa décision dans The Player’s Tribune : il ira à Golden State. Le retentissement de ce choix rappelle celui de LeBron James en 2012. Pire encore. Pour Stephen A. Smith, journaliste d’ESPN, il s’agit : « De la décision la plus faible d’une superstar. »

Pour ces finales, Kevin Durant se sait attendu par ses détracteurs. Il le sent. La nuit dernière, le nouveau joueur des Warriors livre une performance hors-norme en guise de réponse : 38 points, 8 rebonds, 8 passes décisives ; agressif dans ses pénétrations offensives, fiable à trois points, déterminé en défense. Kevin Durant montre la voie à une franchise encore tremblante des finales perdues l’année dernière. En bonus, il se sera même permis de faire déraper LeBron James.

 

La fulgurance : Kevin Durant fait goûter le parquet à LeBron James

Fin du premier quart-temps, le match est encore serré. Les Warriors ne mènent que d’un seul point. À ce moment-là, Kevin Durant et LeBron James livrent déjà une bataille haletante. Stephen Curry remet le cuir en jeu. Sa passe semble incertaine mais prend la direction de KD. Le King a un temps de retard, il se démène pour coller le joueur des Warriors. Après une feinte tranchante, les 2,03 mètres de LeBron James frappent le sol. La foule s’enflamme et accompagne son chouchou au dunk. Un symbole.

 

 

Trashtalk : La menace fantôme

C’est une coutume. Chaque année, JaVale McGee prend le rôle du souffre-douleur de la NBA. L’initiative portée par les bêtisiers de Shaquille O’Neal sur TNT se dissémine dans les mentalités de beaucoup d’acteurs de la ligue. Mais cette saison, Mc Gee apporte son énergie, son athlétisme, sa hargne défensive aux Warriors. Lors de ces Playoffs, l’intérieur tourne en moyenne à 7,8 points, 5 rebonds et 1,6 contres. Honnête pour quelqu’un qui joue juste un peu plus de 10 minutes par match.

Malgré tout, l’intérieur continue de subir les railleries de ses paires. Journaliste à ESPN, Dave McMenamin confie l’opinion d’un joueur de Cleveland sur celui de Golden State :

 

Il m’a assuré qu’il pensait même que McGee ne serait pas capable d’être sur le parquet, ou sûrement pas d’y rester longtemps. Il ne le pense pas « suffisamment intelligent » pour être capable de jouer lors de ces finales.


 

Une attaque prise par JaVale McGee avec détachement :

Ils peuvent dire ce qu’ils veulent, c’est la liberté d’expression nous sommes aux États-Unis.


 

 

La petite histoire : Tyronn Lue, l’endetté

En plus de s’être fait démolir de 22 points la nuit dernière, Tyronn Lue a d’autres dettes vis-à-vis des Warriors. Le coach des Cavaliers se souvient d’un vieux pari avec Mike Brown, intérimaire sur le banc de Golden State en l’absence de Steve Kerr :

Je lui dois 100$ depuis que je suis rookie. J’essaie de les lui payer mais il refuse de prendre l’argent pour continuer à dire que je lui dois toujours des sous. À l’époque il jouait pour les Spurs et j’étais aux Lakers, nous faisions un petit concours de shoots que j’ai perdu. Il n’a jamais pris l’argent donc  pendant 19 ans d’affilée, je l’entends me dire : « Tu me dois 100 $. 


 

Les journalistes se bidonnent derrière leurs enregistreurs et pensent que l’adresse de Mike Brown a terrassé son homologue. Tyronn Lue rectifie :

Il ne m’a pas battu, j’ai juste manqué quelques shoots.


 

 

Le temps-mort des réseaux sociaux : Des hommes d’action fâchés

Vous vous souvenez de Bleacher Report ? Non ! Mais si, ceux qui parodiaient Game of Thrones en reprenant les intrigues de la saison NBA. Cette fois les intenables trublions se sont amusés à rejouer les péripéties des Playoffs sous la forme d’une bataille d’Action Man. Les joueurs principaux utilisent toutes leurs facultés en arts martiaux pour dérober le trophée O’Brien des mains de LeBron James.

Coup de boule de James Harden à Russell Westbrook, « high kick » de Gordon Hayward à Chris Paul, l’écrasement de John Wall à Dwight Howard… LeBron James enchaîne lui les uppercuts et les kamehamehas jusqu’ à l’arrivée de Kevin Durant… La suite au prochain épisode.

 

 

La bande-son de la nuit : « La fièvre » du troisième quart-temps

Malgré ces innombrables pertes de balle, Cleveland tient bon. À la mi-temps, Les Cavaliers ne sont menés que de 8 points. Mais lors du troisième quart-temps, tout bascule. Touché par la grâce, Stephen Curry empile ses fameux « trois points ». L’agressivité défensive de ses Warriors poussent Cleveland a encore plus de « turnovers ».

En gros :

Ils leur ont mis la fièvre pendant 12 minutes...


 

 

Cas pratique :

 

 



 

Crédit photo : Ezra Shaw / Getty Images

+ de NBA sur MOUV'

Par Julien Bihan / le 02 juin 2017

Commentaires