Le breakdance à l'honneur

/ le 28 novembre 2014
Le breakdance à l'honneur
Entre la finale du Red Bull BC One et un documentaire sur Arte, le breakdance est au centre de toutes les attentions en cette fin d'année.

 

New York,  fin des années 1970. De jeunes gens se réunissent en cercle. Au milieu, certains d'entre eux s'avancent et se mettent à exécuter des figures acrobatiques sur des sons hip-hop. Le breakdance est né. Au fil des années, ce style de dans bien particulier s'imposera comme l'un des piliers de la culture hip-hop, en compagnie du Djing, du graffiti et du Mcing. 

Plus de 30 ans après, Paris accueille cette année la finale du Red Bull BC One, l'une des plus grandes compétitions internationales de Break Dance !

 

 

Ce samedi 29 novembre à la Villette (et en direct sur Internet), les meilleurs BBoys du monde entier s'affronteront. Avec, on l'espère, la victoire du frenchy Mounir, déjà sacré champion à Rio en 2012.

Tonio, l'outsider

 

Tonio dans ses oeuvres , par Little Shao

 

Tonio, c'est un peu l'outsider, le français le moins connu des trois danseurs français en lice. Il a 27 ans et il a grandit à Sainte Geneviève des Bois, dans l'Essonne.  Il commence le breack à 11 ans et il a développé son propre style, très attaché à la musique. 

Son portrait, avec Rémi Ink, de la rédaction du Mouv' :

 

 

Tonio s'est qualifié en remportant la compétition Europe, début octobre, à Helsinki.

 

 

Un documentaire aux origines du breakdance : BBoys

Pour prolonger l'expérience, un documentaire revient sur l'histoire de la pratique en s'intéressant à ses acteurs : les Bboys. Plusieurs illustres danseurs livrent ainsi leurs expériences sur le site d'Arte Creative à partir du 1er décembre.

 

 


 

Illustration CC FlickR :


PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par Gueоrgui
/ le 28 novembre 2014

Commentaires