Le bourreau de Louis XVI réinventé en manga

Par Augustin Arrivé / le 27 mars 2015
Le bourreau de Louis XVI réinventé en manga
Le Japonais Shin'Ichi Sakamoto s'empare de l'Histoire de France pour raconter, en manga, la vie d'une figure de la Révolution de 1789 : le bourreau qui décapita Louis XVI, Danton et Robespierre. Avec en embuscade, une dénonciation cash de l'homophobie.

Dans les années '70 et '80, une série signée Riyoko Ikeda avait connu un succès planétaire. On y parlait de genres sur fond de Révolution Française. Ca s'appelait La Rose de Versailles, rebaptisée Lady Oscar pour la télé (dans Récré A2 puis les Minikeums) et le cinéma (adaptation signée Jacques Demy). Quarante ans plus tard, on retrouve la Révolution, on retrouve la question des sexes, mais éloignez les enfants : les fleurs bleues ont fâné, place à un discours direct, concis, violent.

Extrait de "Innocent, volume 1", de Shin'Ichi Sakamoto © Delcourt, 2015

 

La série, dont les éditions Delcourt viennent de commencer la traduction, s'appelle Innocent. Son auteur, Shin'Ichi Sakamoto, assure ne pas s'être inspiré d'Oscar.

Ce n'est pas tant la période révolutionnaire qui m'intéressait que ce personnage torturé de Charles-Henri Sanson. Je l'ai découvert lors d'un séjour en France et il m'a fasciné.


 

Dernier-né d'une lignée de bourreaux, le garçon refusait son destin. Forcé par son père, il va pourtant apprendre, à son tour, à manier la guillotine. Il coupera la tête du roi, de Danton et de Robespierre.

 

Il ne voulait pas le faire, ce boulot, mais il n'a pas eu le choix, et c'est ce que je voulais raconter dans le manga. Alors même si certains points de sa vie n'étaient pas précisés dans les documents historiques, je pense l'avoir assez bien cerné.


 

Extrait de "Innocent, volume 1", de Shin'Ichi Sakamoto © Delcourt, 2015

 

L'auteur romance l'Histoire en lui imaginant des pulsions homosexuelles refoulées. Sanson le roturier tombe amoureux du fils d'un comte habitué de la cour de Versailles. Ils s'enlacent en rêve. Déjà violenté physiquement par son père, le voilà qui souffre psychologiquement à cause d'un autre homme.

Je voulais briser les préjugés négatifs qui existent encore aujourd'hui, et faire le parallèle avec les rapports de classe qu'il y avait à l'époque. Les nobles regardaient de haut les gens du peuple. C'est le même mépris que produit aujourd'hui le racisme ou l'homophobie.


 

Extrait de "Innocent, volume 1", de Shin'Ichi Sakamoto © Delcourt, 2015

 

La vie sera pleine de morts pour le bourreau. Morts de ses exécutés et morts de ses proches. Dans ce torrent de larmes, il se dresse avec panache, se relève toujours, encaisse et accepte tant bien que mal. L'argumentaire sur le respect de la différence devrait durer encore un moment. Sakamoto compte le développer sur une quinzaine d'albums.

 


Toute l'actu de la bande dessinée sur Mouv', c'est par ici.

Illustration de couverture : Innocent, volume 1, de Shin'Ichi Sakamoto © Delcourt, 2015

 

Par Augustin Arrivé / le 27 mars 2015

Commentaires