Lady Gaga à poil dans la cire

Par Augustin Arrivé / le 02 juillet 2013
Lady Gaga à poil dans la cire
La chanteuse américaine arrive au musée Grévin, à Paris. Sa statue de cire est fidèle à son image : tout en sobriété. Lady Gaga pose fièrement dans un costume en poils. Mais attention, on peut sortir de Grévin aussi vite qu'on y est entré.

 

"Elle est un phénomène", nous explique Véronique Bérecz, l'une des responsables du musée Grévin. "Comme Madonna en son temps, ou Elvis Presley avant elles. Alors on ne lui dictera pas l'attitude qu'elle doit adopter." Lady Gaga aime porter des costumes en poils ? OK. Alors sa statue aura un costume en poils. Rien à cirer.

 

Lady Gaga porte tellement bien le cheveu.

 

Bienvenue donc à cette lady pop devenue emblême d'une provoc' tellement mainstream qu'elle n'effraie même plus l'établissement centenaire. L'animateur Stéphane Bern est membre de l'Académie Grévin, qui désigne les nouveaux entrants. Lui se focalise sur les vedettes françaises, il n'a pas été consulté cette fois-ci. Mais pour lui, aucune hésitation, dame Gaga a parfaitement sa place au milieu du gratin.

 

 

L'Académie Grévin vote deux fois par an pour faire entrer tel ou tel VIP. "Il y a une collection été et une collection hiver", s'amuse Stéphane Bern, qui avoue que chaque membre a ses chouchous. Gérard Holtz met en avant des sportifs, tandis que lui a insisté pour voir Nolwenn Leroy statufiée.

 

Le dernier entré, c'était Teddy Riner, apparu en février. Le prochain, ce sera Matt Pokora, qui pointera le bout de sa houpette à l'automne. Des figures relativement consensuelles. Véronique Bérecz ne dément pas: "il faut être populaire dans le bon sens du terme, Grévin représente tous ceux qui font la une des journaux de façon positive".

 

Alternance politique: Rachida Dati a remplacé Jack Lang en 2009. Diam's a été éjectée pour d'autres raisons.

Mais alors jusqu'où peut aller Gaga si elle veut laisser traîner un moment son bout de cire sur le boulevard Montmartre ? En réalité, tant qu'elle fera causer, elle ne risque pas grand chose. Le musée colle à l'actu, et ceux qui disparaissent des journaux disparaissent des salles.

 

 

La direction de Grévin ne veut citer personne, mais l'info n'est pas très difficile à trouver. R.I.P. statue de Marcel Desailly ! So long, Faudel ! Adios Jacques Chirac ! Les stars d'hier ont fondu comme neige au soleil. Mais Stéphane Bern et ses amis, cette fois, n'y sont pour rien.

 

Par Augustin Arrivé / le 02 juillet 2013

Commentaires