La victoire de Trump déchaine les actes racistes

/ le 13 novembre 2016
La victoire de Trump déchaine les actes racistes
Mur anti-hispanique, agressions de femmes voilées, tags racistes… Depuis l’élection de Donald Trump, les actes racistes et haineux se multiplient aux Etats-Unis. Leur cible ? Les minorités, visées par Donald Trump tout au long de sa campagne dans la course à la Maison Blanche.

Mur anti-hispanique, agressions de femmes voilées, tags racistes… Depuis la victoire surprise de Donald Trump à la présidentielle américaine, les internautes se font l'écho d'actes racistes et homophobes sur l'ensemble du territoire américain. Ils realient des vidéos, photos ou commentaires haineux sur les réseaux sociaux. Des actes racistes qui ses ont multipliés contre les minorités aux Etats-Unis. Pourtant,  dans son discours de victoire, Donald Trump s’est engagé à « être le président de tous les Américains », les Américains de toutes races, religions et origines. Mais certains supporters du milliardaire ont préféré célébrer leur victoire avec des actes racistes et homophobes.

 

Shaun King, journaliste au New-York Daily News, recense sur son compte Twitter tous les actes racistes qu’on lui partage ou qu’il observe :

Elle était à son cours de gym, quand on lui a laissé ce message sur la fenêtre de sa voiture "Les noirs ne sont pas les bienvenus ici... Surveillez mieux vos arrières".


 

On s’aperçoit alors que les minorités visées par Donald Trump pendant sa campagne, sont incessamment attaquées depuis deux jours par ses supporters : la communauté noire, les musulmans, les gays... Une vidéo postée jeudi sur les réseaux sociaux est devenue virale. La scène se déroule dans la cantine d’une école du Michigan, et on entend de jeunes élèves chanter « construisez le mur ». Une référence à la promesse de Donald Trump de bâtir un mur entre les Etats-Unis et le Mexique pour empêcher toute immigration clandestine…

 

Mais les actes racistes ne s’arrêtent pas là et la police américaine enregistre chaque jour de nouvelles plaintes : une étudiante de 19 ans qui se fait arracher son voile par un homme, des tags interdisant l’accès aux personnes noires, ou des inscriptions « les musulmans sont tous des terroristes », « Daech vous appelle, les musulmans peuvent partir »

Sur son compte Twitter, le journaliste Shaun King déclarait samedi soir avoir reçu plus de 10 000 emails en 48 heure dénonçant des actes racistes ou des agressions… Aucune statique n’est pour l’heure disponible, et personne ne sait si ce déchainement n’est qu’un passage ou le nouveau visage des Etats-Unis. En réponse, et en soutien aux minorités agressées, le #safetypin a refait surface. Certains Américains arborent depuis l’élection de Trump une épingle à nourrice, dite l'épingle de "sûreté". Elle est censée signalée à des inconnus qui pourraient être victimes d'agressions que la personne qui porte l'épingle est prête à l'aider. L'initiative était née  en Angleterre après le Brexit. Le pays avait alors connue une vague d'actes xénophobes.

#saftypin, par Capture d'écran
"Tu es en sécurité avec moi. Je suis à tes côtés".


Photo de couverture : capture d'écran du compte Twitter de @ShaunKing 

Par Juliette Loiseau

/ le 13 novembre 2016

Commentaires