La une de Charlie Hebdo avec Stromae secoue la Belgique

Par Augustin Arrivé / le 31 mars 2016
La une de Charlie Hebdo avec Stromae secoue la Belgique
Le chanteur belge n'aurait pas du tout apprécié la dernière une du magazine satirique. Pour évoquer les attentats de Bruxelles, Charlie a dessiné l'artiste chantant son "Papaoutai" à un corps démembré. Le père de Stromae est mort démembré lors du génocide rwandais.

Charlie Hebdo n'est pas forcément connu pour sa finesse. C'est un hebdo satirique et provocateur, c'est la ligne éditoriale du titre depuis toujours, édictée par ses fondateurs Cavanna et Choron. Les plus jeunes iront voir les vidéos d'archives sur le site de l'INA, en général c'est fleuri. Le buzz est né cette semaine d'un dessin du rédacteur en chef Riss : une semaine après les attentats de Bruxelles, il croque Stromae, star nationale, chantant son tube Papaoutai. Un corps déchiqueté lui répond "Ici", "Là", "Et là aussi".

 

 

La blague est discutable, mais pas tellement pour sa brutalité. Certes, on est bien loin de l'émotion post-7 janvier 2015 : le "Numéro des Survivants", dont le chroniqueur d'alors Patrick Pelloux disait qu'il serait "écrit avec les larmes", présentait les victimes des frères Kouachi dans leur intégrité physique, avec même un Wolinski bandant. Mais en même temps, vous êtes Charlie ou pas ?

Au delà de la violence, ce qui a heurté l'entourage du chanteur, c'est que le père de Stromae est mort emporté par les barbares génocidaires hutus au Rwanda. Son corps avait effectivement été démembré. D'où le malaise. Riss y a-t-il pensé en dessinant sa une ? C'est loin d'être sûr.

Après le temps de l'indignation, viennent les réponses, les ripostes, en dessin et en messages, à cette couverture polémique. Le post qui tourne le plus montre le personnage de livres-jeux Charlie entouré de la même scène de meurtre :

 

 

Mais il y en a d'autres, tout aussi "esprit Charlie" :

 

 

 

 

Et vous, vous en pensez quoi ? On laisse le mot (et le dessin) de la fin à la chroniqueuse de Charlie Hebdo, Coco :

 

 


Photo de couverture : PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE

Par Augustin Arrivé / le 31 mars 2016

Commentaires