La Syrie coupée du Net, KheOps nous explique

Par Gaële Joly / le 09 mai 2013
La Syrie coupée du Net : le Hacker KheOps nous explique
Pendant 24h, la Syrie a été privée d'Internet. Pour KheOps, le gouvernement syrien a encore frappé. Membre des Telecomix, ces gentils hackers qui aident les cyber-activistes, ils viennent de passer la nuit à bricoler des réseaux parallèles, comme quand l'Internet égyptien avait été coupé en 2011.

 

Ils luttent contre la censure du Net, dans les rues du Caire, de Tunis et d'ailleurs. La Syrie leur prend pas mal de temps. Pendant 24h, les connexions entre la Syrie et l'extérieur ont été coupées, les "agents Telecomix" ont bricolé des alternatives pour permettre aux Syriens de communiquer, comme ce qu'ils avaient fait en Egypte, en 2011.

La rédaction du Mouv' a pu joindre, entre deux opérations, KheOps, membre du réseau de hacker français.

LE MOUV : Vous avez constaté qu'internet est coupé en Syrie. Que se passe-t-il à votre avis ? Que disent les activistes syriens sur place ?

KHEOPS : Sur le site de Cedexis, une société française "d’aiguilleur du Net” qui surveille le trafic sur le Web, on peut lire que la raison peut être potentiellement n'importe laquelle, coupure accidentelle, électrique.

Le régime syrien a dit qu'il s'agissait d'une « fibre optique coupée ». C'est probablement complètement faux et probablement totalement délibéré de la part du régime. Le bâtiment qui abrite l'interconnexion du pays avec le reste du monde est situé dans un quartier très calme de Damas (Muhajrine), il est sous contrôle total du régime, pas très loin du palais présidentiel. Cela fait une vingtaine d'heures que la coupure dure, maintenant (interview réalisé a 14h ce mercredi 8 mai).

Le régime a donc sûrement tout simplement décidé de déconnecter le pays du reste d'Internet. Comme c'est dit sur le site de Cedexis, le fait que ce soit centralisé rend la chose très facile : un unique point Stratégique à couper. Il se trouve, en outre, que j'avais eu écho, fin avril, d'une telle coupure qui aurait été programmée pour le 1er mai. Finalement, elle arrive le 8 mai.

LE MOUV : Une telle coupure d’Internet avait déjà eu lieu en Syrie le 29 novembre dernier.  Que s'était-il-passé ? 

KHEOPS : Ça avait coupé quelques heures oui, et c'était la même chose. On avait suspecté une mise à jour de leur matériel de surveillance et de censure, et de mémoire il me semble que ça s'était vérifié après-coup, mais je n'ai plus les détails en tête).

Ici, ça peut également être ça, mais il y a d'autres possibilités.Pendant que la presse occidentale parle de soucis géopolitiques liés à la frappe d'Israël, elle ne mentionne pas le fait qu'il y a des massacres quotidiennement un peu partout dans le pays. Il est donc possible que cette coupure soit liée à d'autres massacres et/ou à une opération militaire d'envergure. Le régime a par exemple récemment fait une opération pour reprendre le contrôle de l'autoroute entre Damas et Daraa.

LE MOUV : Comment peuvent faire les activistes syriens, depuis la Syrie pour utiliser Internet ? Et comment proposez-vous de les aider ?

KHEOPS : On envoie sur Twitter des numéros de téléphones pour utiliser des modems RTC (« à l'ancienne », des modems qui utilisent la ligne téléphone) pour se connecter, car dans pas mal d'endroits les lignes fixes de téléphone fonctionnent encore. Mais pas partout, malheureusement : certaines personnes essaient d'appeler des numéros syriens pour voir dans quelles villes le téléphone fonctionne encore.

Quand ça fonctionne, alors les gens en Syrie peuvent utiliser un vieux modem, le configurer pour appeler les numéros que nous diffusons afin d'être connectés. Ce sera très lent et cher mais mieux que rien. On utilise entre autres le service que FDN avait déjà rendu public lors de la coupure en Égypte : leur numéro de téléphone. On ne fait que rediffuser l'info.

Par contre, évidemment, s'ils n'ont pas internet pour recevoir nos numéros, les tweeter n'est pas très utile. Heureusement certaines personnes en Syrie ont des connexions satellites, donc l'info peut commencer à arriver comme cela. Nous essayons également d'envoyer des fax.

Toutes les infos, le travail en cours, est rassemblé dans le pad suivant : https://pad.riseup.net/p/syria-blackout

On fait ce qu'on peut, le résultat n'est pas garanti du tout. Il faut dire un grand merci à ceux qui ont passé toute la nuit dessus et à tous ceux qui ont rejoint spontanément l'IRC et le pad pour aider à appeler/faxer ou chercher des informations.

Propos recueillis par Gaële Joly

Et pour compléter, l'interview de Nicolas Guillaume, le porte-parole de Cedexis, une société française "d’aiguilleur du Net” qui surveille le trafic sur le Web. Il explique les différents scénarios de la coupure d'Internet en Syrie 

 

 

Par Gaële Joly / le 09 mai 2013

Commentaires