La police ne veut pas de poubelle déguisée en radar

/ le 06 septembre 2016
La police ne veut pas de poubelle déguisée en radar
Un habitant de Castelnau-le-Lez, près de Montpellier, en a eu ras-le-bol de voir tout le monde passer à fond devant chez lui en voiture. Il a donc transformé sa poubelle en faux radar pour pousser les automobilistes à ralentir, mais la police lui demande maintenant de l’enlever.

Au quotidien, Mark voit passer des voitures et des motos en excès de vitesse avenue de l’Europe, à Castelnau-le-Lez. “Je ne dis pas que tout le monde roule vite, mais c’est une portion limitée à 50 km/h”, et certains ont tendance à appuyer un peu trop sur le champignon.
Le graphiste d’une trentaine d’années a donc eu l’idée d’imprimer des adhésifs sur sa poubelle pour lui donner des airs de radar : “c’est juste une impression d’adhésifs, ça m’a pris quinze minutes”.

“Je vois des familles en poussette, en vélo… Les trottoirs sont assez étroits, la route est étroite également, donc j’ai fait ça pour sensibiliser les gens. Ce que j’ai pu constater, c’est que, peut-être par curiosité, ils ralentissent pour voir ce que c’est. Pour moi, c’est efficace”.

Au-delà du danger, c’est aussi le “bruit permanent” des voitures qui l’a poussé à installer cette poubelle-radar. “Il y a beaucoup de passage, raconte Mark. En empêchant les conducteurs d’aller vite, ça réduit les nuisances sonores”.

 

Une poubelle retirée pour trouble à la circulation

Les policiers ont beau avoir ri en découvrant la poubelle, ils ont demandé à Mark de la retirer. “La gendarmerie et la police municipale sont venus en fin de matinée à la maison. Ils m’ont simplement dit que si jamais quelqu’un pilait à cause de ma poubelle, je risquais d’avoir des problèmes”, raconte-t-il.

En théorie, placer un objet pouvant créer un trouble à la circulation sur la route est passible d’une amende de 135 euros, mais les policiers n’en ont pas parlé à Mark. “Ils ont pris ça avec le sourire” déclare ce dernier, qui ne va cependant plus se hasarder à laisser sa poubelle dehors maquillée en radar.

 

 

 


 

Crédits photos : Mark Gimferrer
Morgane Heuclin-Reffait

/ le 06 septembre 2016

Commentaires