La NBA rattrapée par le basket européen ?

/ le 04 octobre 2016
La NBA rattrapée par le basket européen ?
C’est l’une des grosses sensations des matches NBA de présaison : les Thunder d’Okhlahoma City (finalistes de la conférence Ouest) se sont inclinés face à une équipe européenne, le Real Madrid. Un signe du déclin du meilleur championnat de basket du monde ? Un résultat à nuancer.

Les champions d’Espagne ont dû avoir recours à la prolongation… Mais au final, le Real Madrid aura réussi à accrocher à son tableau de chasse l’une des meilleures équipes de la NBA. Un score fleuve (142-137) mais quelle signification donner à ce succès ?

Selon Fabrice Auclert, rédacteur en chef à Basket USA c’est : « l’occasion pour le coach de faire tourner l’équipe avec ses jeunes car il n’y a pas vraiment d’enjeu. » Il faut également constater que le meilleur joueur du Thunder, Russell Westbrook (seul All Star du club) n’a joué que 22 minutes avec une absence sur la fin de match notamment.

De l’autre côté, le Real Madrid est l’un des ténors du basket européen (champion d’Euroligue il y a 2 ans). Un collectif qui se connaît par cœur avec des joueurs espagnols comme Rudy Fernandez, Sergio Rodriguez et Sergio Llull. Ils jouent tous les trois dans le même club depuis des années et se retrouvent ensuite dans la même sélection nationale. Sergio Llull a fait une performance flamboyante dans le match avec 3 shoots inscrits dans les fins de quarts temps. Un premier à la fin de la mi-temps,  un second à la fin du troisième quart temps et un dernier tir au buzzer pour arracher la prolongation !

Il faut garder à l’esprit que la NBA reste une marque, un business et les matchs en Europe font partie de leur « campagne de promotion » explique Fabrice Auclert. Un scénario comme le lundi 3 octobre où le match est truffé de rebondissements (avec une victoire européenne de surcroît) reste une bonne chose pour la National Basket-Ball Association.

La NBA qui regarde de l’autre côté de l’Atlantique… car depuis une quinzaine d’années, la ligue nord-américaine s’est internationalisée avec des joueurs européens comme Tony Parker, Pau Gasol ou Dirk Nowitzki. Ces monuments du basket-ball ont servi de pionniers pour ouvrir les portes de la NBA aux talents étrangers. La preuve qu’il ne faut pas être nécessairement américain pour briller au basket.

Toujours est-il qu’au niveau des équipes nationales, si l’on excepte les JO 2004 (Argentine) où elle était arrivée troisième, Team USA domine sans partage depuis 10 ans le basket mondial toutes compétitions internationales confondues (jeux olympiques et mondial).

Depuis les Jeux Olympiques de Pékin en 2008, les Etats-Unis ont raflé 3 médailles d’or olympiques depuis cette compétition à celle de Rio cette année. La seule équipe qui les a réellement gênés cette année en demi-finale est justement… l’Espagne de Sergio Llull. Un match serré avec 6 petits points d’avance pour les USA. 


Baptiste Le Guay

Crédit photo : capture d'écran Youtube 

/ le 04 octobre 2016

Commentaires