La malédiction des rappeurs-acteurs

Par Augustin Arrivé / le 14 août 2013
La malédiction des rappeurs-acteurs
La Fouine va interpréter Scarface dans un film d'Antoine Blossier. On lui laisse sa chance. Ce n'est ni le premier, ni le dernier rappeur à apparaître au cinéma. Et parfois, le résultat est très réussi. Parfois.

 

La Fouine fait de plus en plus parler de lui en dehors de la scène musicale. En février, le rappeur de Trappes échappait à une tentative d'assassinat le jour-même de la sortie de son dernier album. La concomitance des événements laissait sceptique. Fin mars, on apprenait qu'il devenait juré pour le télécrochet Popstars, sur D8. Le voilà maintenant comédien. Et pas dans n'importe quel rôle.

 

Photos de tournage postées par la Fouine sur Facebook et Twitter. A droite avec le réal' Antoine Blossier.

 

Il sera Tony Montana, alias Scarface, le célèbre baron de la drogue, dans le film A toute épreuve, réalisé par Antoine Blossier (La traque). Scarface qui est aussi le titre d'une chanson de son pire ennemi artistique, Booba. Les internautes, fans de leurs affrontements médiatiques, rigolent déjà.

 

Mais la Fouine saura peut-être nous convaincre. Les rappeurs ont souvent trimballé leur flow au cinéma. Les exemples ne manquent pas. Certaines tentatives ont été concluantes, d'autres nous ont plutôt perturbés. Liste non-exhaustive :

 

  • 1/10) Eminem

C'est le cas le plus célèbre de rappeur-acteur. En 2002, 8 Mile, réalisé par Curtis Hanson, raconte l'histoire d'un jeune mec timide, fils d'une mère célibataire alcoolique, et souffre-douleur de son quartier défavorisé, qui va gagner le respect de la communauté grace au rap. L'histoire d'Eminem, en somme. Le rappeur remporte un Oscar, mais dans la catégorie meilleure chanson originale.

 

8 mile, de Curtis Hanson © Universal Pictures, 2002

 

  • 2/10) 50 Cent

Une fois qu'Eminem a eu droit à son film, 50 Cent a exigé le sien. Ce sera Réussir ou mourir. Même base semi-biographique, avec davantage de violence : la mère de 50 Cent est morte assassinée et le jeune garçon est devenu dealer avant de réussir dans le rap. Contrairement à 8 mile, Réussir ou Mourir se fait aligner par la critique. Le rappeur, lui, réapparaîtra souvent à l'écran dans des films dispensables, comme Braqueurs (sorti en France directement en DVD).

 

Réussir ou mourir, de Jim Sheridan © MTV Films, 2005

 

  • 3/10) JoeyStarr

Déjà deux fois nommé aux Césars pour des seconds rôles (dans Le bal des actrices et Polisse, tous deux réalisés par Maïwenn), la moitié de NTM impose le respect. Il ne faudrait pas que des choix discutables (genre Les Seigneurs, d'Olivier Dahan) gâchent cette filmographie naissante. Notez qu'il prêta aussi sa voix à Ted, l'ours en peluche scabreux de Mark Wahlberg.

 

Polisse, de Maïwenn © Mars Distribution, 2011

 

  • 4/10) Akhenaton

Un peu moins de succès pour Akhenaton, quoique les 234.000 entrées de Comme un aimant soient loin d'être un échec. Le leader d'IAM coréalisait ce joli film sur la vie (pas toujours simple) du quartier populaire du Panier, à Marseille.

 

Comme un aimant, de Kamel Saleh et Akhenaton © Eskwad, 2000

 

  • 5/10) Will Smith

Le prince de Bel-Air est-il un rappeur qui joue au cinoche, ou un comédien qui rappe ? Difficile à dire tant il a toujours mené de front ses deux carrières. De l'une comme de l'autre, on ne sait plus trop quoi attendre. Il fut un temps où Will Smith nous régalait avec Men in Black et nous bluffait en Mohammed Ali. Aujourd'hui, il enchaîne les nanars (le dernier en date s'appelle After Earth, de M. Night Shyamalan).

 

Ali, de Michael Mann © Columbia Pictures, 2001

 

  • 6/10) Stomy Bugsy

Pourrait-on dire que Stomy Bugsy est le Will Smith français ? Il faudrait pour ça que l'ex du Ministère A.M.E.R. nous ait déjà offert sa version de Ali. Ce n'est pas encore le cas, mais qui sait ? Un jour, peut-être. Il avait fait naître quelques espoirs avec Ma 6-T va crack-er puis Les jolies choses, adapté d'un roman de Virginie Despentes. Espoirs pas vraiment confirmés depuis.

 

Les jolies choses, de Gilles Paquet-Brenner © Hugo Films, 2001

 

  • 7/10) Mos Def

Artiste hyperactif, Mos Def a fait récemment parler de lui pour s'être infligé les conditions de vie des détenus de Guantanamo. A côté de cette vidéo politique, de nombreuses bonnes comédies figurent sur son C.V. (Soyez sympa, rembobinez, de Michel Gondry, ou H2G2 : le guide du voyageur galactique, de Garth Jennings). Ajoutez quelques apparitions dans des séries à succès (Dexter, NYPD Blue) et le tour est joué.

 

Soyez sympa, rembobinez, de Michel Gondry © Focus Features, 2008

 

  • 8/10) Ice Cube

Le comparse de Dr Dre dans le groupe NWA s'est fait connaître à la fin des années 80 avec Boyz in the Hood, chanson devenu film culte de John Singleton sur l'univers des ghettos américains. Depuis, l'influence d'Ice Cube sur la scène musicale a largement reculé, à mesure qu'il alignait les rôles dans des pop-corn movies médiocres (Les rois du désert, de David O. Russell, ou le récent 21 Jump Street).

 

Boyz'n the Hood, la loi de la rue, de John Singleton © Columbia Pictures, 1991

 

  • 9/10) Queen Latifah

On s'en voudrait de ne citer aucune femme dans cette liste, même si le rap reste majoritairement trusté par les hommes. Queen Latifah réussit pourtant à se démarquer. Une filmo qui ne casse pas des briques, mais qui a le mérite d'exister. On y trouve tout de même un second rôle dans la comédie musicale Chicago, de Rob Marshall, et la saga L'âge de glace (elle y est la voix d'Ellie le mammouth femelle dont Manny tombe amoureux). Mais aussi l'adaptation américaine de Taxi. Tout ça tout ça...

 

Chicago, de Rob Marshall © Miramax Films, 2002

 

  • 10/10) Snoop Lion

Le Dogg devenu Lion est un personnage de film à lui tout seul, et il est souvent venu faire le caméo sur les plateaux (encore récemment dans le cinquième Scary Movie). Beaucoup de casseroles dans sa filmo, mais on imagine qu'il s'est bien marré en les tournant. Il est le Huggy-les-bons-tuyaux de Starsky et Hutch et peut se vanter d'apparaître dans Training Day, d'Antoine Fuqua. Il s'est également offert l'an dernier un délire avec Wiz Khalifa, Mac and Devin Go to Highschool. Sorti directement en vidéo.

 

Mac and Devin Go to Highschool, de Dylan C. Brown © Yard Entertainment, 2012

 

Par Augustin Arrivé / le 14 août 2013

Commentaires