La France du foot veut chasser les lasers verts des stades

/ le 06 janvier 2015
La France du foot veut chasser les lasers des stades
Le phénomène date déjà d'il y a quelques années, il n'en reste pas moins pris à bras le corps par les instances du football. Lampard, Ronaldo, O'Shea, Messi, Neymar, Zlatan ou Benzema, tous les grands joueurs ont un jour été victime d'une attaque au rayon laser vert pendant un match. A l'étranger, aussi bien qu'en France. Alors, pour dénicher les petits malins, la Ligue de Foot Pro et la Fédération Française de Foot pourraient bientôt tester un système de surveillance pour les compétitions hexagonales : le laser tracking. On vous dit tout. Ou presque.

Jeudi 26 juin 2014 à Curitiba au Brésil. Samba. C'est le dernier match de la poule H de la coupe du monde de foot. La Russie et l'Algérie s'affrontent pour une place en huitièmes de finales. Score final 1-1, l'Algérie est qualifiée. Mais une polémique fait alors le tour de la planète : Le gardien russe Igor Akinfeïev aurait-il été ébloui par un laser sur le but égalisateur de Slimani, celui-là même qui a envoyé les Fennecs aux paradis ?

 

Difficile à dire, ce qui est sûr en revanche, c'est que ce genre de rayon laser est extrêmement nocif pour l'oeil, au point de brûler la rétine en cas d'exposition prolongée. Selon les spécialistes, les lasers les plus dangereux seraient ceux qui émettent dans la couleur verte. Le type même dont a été victime Igor Akinfeïev ce soir là. Un laser interdit dans les stades.

Et le problème, c'est qu'il n'y a pas que lors des recontres internationales que les lasers ont la côte. Dans nos stades de Ligue 1, même les plus champêtres comme le Roudourou de Guingamp ou le Stade Armand Cesari de Bastia, des petits malins s'en donnent à coeur joie avec leur jouet de malheur trouvé chez le marchand du coin, ou vendu à la sauvette sous la Tour Eiffel. Bon après, faut être honnête, les cas de joueurs visés sont surtout légion dans les grands stades. Zlatan Ibrahimovic et Salvatore Sirigu du PSG en ont fait notamment l'amère expérience lors d'un match face à Marseille au Vélodrome en 2012.


"Repérer les fauteurs de trouble grâce à un algorithme"

Alors question : Puisque la France du foot veut justement lutter contre lephénomène, que peut-elle vraiment faire ? Pas grand chose croyait-on jusque récemment, sinon avoir de la chance et repérer à l'oeil nu ceux qui se prennent pour des maîtres Jedi. Sans ça, difficile de détecter dans un stade de 30, 40 ou 50.000 places, qui de Victor, Juliette ou Quentin dans le virage sud a pointé son laser sur Wissam Ben Yedder, l'attaquant du Toulouse FC pendant qu'il tirait son péno.

Sauf qu'un Géo Trouvetout français a justement peut-être trouvé la solution. Il s'appelle Robert Laplante, et il a mis au point un dispositif baptisé Laser Tracking. Dispositif testé avec succès lors d'un amical joué en octobre au Stade de France entre les bleus et le Portugal. "On a repéré les fauteurs de troubles grâce à des appareils photos haute résolution qui balayent les tribunes. Un algorithme permet d'analyser sur chaque photo les pixels représentant la lumière émise par le laser, explique le concepteur dans les colonnes du quotidien l'Equipe. Ensuite on communique avec les stadiers et les autorités en leur donnant la localisation exacte."

Un système qui interesse au plus haut point la Ligue de Football Professionel, et le Fédération Française de Football. Au point que des discussions seraient actuellement en cours entre les différents partis. Le système pourrait se développer assez rapidement dans les stades français. En attendant, ceux qui se font gauler avec ce genre de petit appareil en tribune en sont bons généralement pour la case garde à vue. Avec interdiction de stades pour quelques mois, et amendes à la clé. Les clubs eux, ne risquent rien. Contrairement aux fumigènes, les instances considèrent qu'il est impossible de repérer à l'entrée d'un stade les supporters équipés de rayons lasers. Des objets tout légers et qui ne mesurent que trois ou quatre centimètres de long. Des objets dont l'uitlisation en enerve plus d'un. Il n'y a pas un seul match un tant soit peu médiatique (genre Grenoble-Marseille dimanche en Coupe de France) où l'utilisation des lasers verts ne provoque pas l'ire des twittos !

 


 

 

Image illustration : Des joueurs de football visés par un laser pendant leur hymne lors d'une rencontre internationale. CC Creative Commons.

Image illustration : Des rayons lasers tels que ceux utilisés dans les stades pour éblouir les joueurs de foot. CC Créative Commons.

/ le 06 janvier 2015

Commentaires