La FIFA, cette instance mélomane

Par Augustin Arrivé / le 15 mai 2014
La FIFA, cette instance mélomane
"One Love, One Rhythm", l'album officiel de la Coupe du monde de football 2014, est sorti cette semaine. Une compilation d'hymnes commerciaux en diable, avec des stars comme s'il en pleuvait. Ce qui serait un comble, sous le soleil de Rio.

 

Vous avez aimé Waka Waka, relecture par Shakira d'une chanson militaire traditionnelle du Cameroun ? Eh bien soyez heureux : la plus grande fan de Francis Cabrel en Colombie est de retour dans le nouveau disque de la FIFA. La la la (oui oui) fleure bon la samba. Ce n'est pourtant pas que le huitième track du disque. L'hymne officiel du Mundial a été confié à Pitbull, Jennifer Lopez et Claudia Leitte (ils n'étaient pas trop de trois) :

 

We Are One (Ole Ola), de Pitbull, Jennifer Lopez et Claudia Leitte © FIFA, 2014

 

C'est ton monde, mon monde, notre monde aujourd'hui. Et nous invitons le monde entier, le monde entier à jouer.


 

La formule est puissante (non ? ah bon). Elle est scandée tour à tour en anglais et en espagnol, histoire de faire "chanteurs sans frontière". On parie qu'on l'aura bientôt bien malgré nous vissée dans un coin du cerveau. Et alors que la Fédération française de foot vient d'annoncer qu'elle ne choisira pas d'hymne pour les Bleus cette année, on remercie la FIFA de faire, elle, l'effort de continuer à nous offrir des merveilles comme celle-là.

 

El Rock Del Mundial, par Los Ramblers (1962)

Une tradition ancienne, née en 1962 pour la compétition au Chili. La première chanson officielle du Mondial de la FIFA était un rockabilly hispanophone à noeud-pap' :

 

 

Le Mondial de 62 est une fête universelle, le sport de ballon comme mot d'ordre, et en célébrant nos victoires nous danserons le rock'n roll.


 

Futbol, par Maryla Rodowicz (1974)

Douze ans plus tard, c'est à domicile que la RFA remporte le deuxième titre mondial de son histoire. Et elle le fête en dansant sur une chanson en polonais. Bel exemple d'ouverture d'esprit à l'heure du mur. Ca méritait bien une petite récompense : Maryla Rodowicz eut donc droit de chanter ensuite avec Joe Dassin.

 

 

Le ballon de football est rond comme le globe terrestre, comme le globe terrestre.


 

Hot Hot Hot, par Arrow (1986)

Une pochette qui laisserait penser à un projet solo d'un Village People, une rythmique soca qui donne envie de dégaîner sa vuvuzela, une mélodie remplie d'UV. On a là, plus qu'un hymne de la FIFA, un vrai tube de l'été. Ce n'est pas pour rien si les Vengaboys ont repris le titre en 2013 (ça ne suffira bizarrement pas à les remettre sur le devant de la scène).

 

 

Olé olé olé olé, olé olé olé olé, j'ai chaud chaud chaud, j'ai chaud chaud chaud, j'ai chaud chaud chaud, j'ai chaud chaud chaud.


 

Gloryland, par Daryl Hall et Sounds of Blackness (1994)

Musicalement, on patauge entre Wham et du mauvais Elton John. Et visuellement, le clip nous balance la pire propagande sur l'American dream (les Etats-Unis accueillent la compétition), avec placement de pub General Motors et voyage à Disneyworld. On dirait le générique d'un soap minable d'Aaron Spelling. Bref : ça a très mal vieilli.

 

 

Avec de la volonté au coeur, et de l'espoir dans ton âme, si ta passion ne cesse de croître, tu sais que tu pourras atteindre ton but.


 

The Time of Our Lives, par Toni Braxton et Il Divo (2006)

Curieuse idée que celle de la FIFA en 2006 : faire se rencontrer une ancienne vedette R'n'B à la carrière sous assistance respiratoire avec un quatuor de popopéra, qui est un peu au chant lyrique ce que Dwayne Johnson est au cinéma. Ca donne un hymne bien plus calme qu'à l'habitude, idéal pour ambiancer la pizzeria du coin de votre rue (celle avec les fleurs en plastique). Pas de quoi donner des envies de coup de boule à Zinédine, cela dit.

 

 

Ca donne le sentiment que nous vivons les grands moments de notre vie. Nous connaîtrons la gloire en jouant. Tous autant que nous sommes. Tous autant que nous sommes.


 

Même les Simpsons se préparent à la Coupe du monde. C'est par là.

Et qui seront les vraies stars du Mondial 2014 ? Réponse par ici.


Photo de couverture : pochette de l'album One Love, One Rhythm © FIFA, 2014

 

Par Augustin Arrivé / le 15 mai 2014

Commentaires