La bière, vous la préférez pro-Europe ou anti-Bruxelles?

Par Augustin Arrivé / le 09 juin 2016
La bière, vous la préférez pro-Europe ou anti-Bruxelles?
Une brasserie anglaise propose en ce moment des bières baptisées "In", "Out" et "IDK" (I Don't Know), pour inciter les piliers de comptoir à disserter politique à l'approche du référendum sur la sortie du pays de l'Union Européenne.

L'initiative de la Little Valley Brewery, dans le nord de l'Angleterre, est passée en quelques jours de la bonne blague au phénomène médiatique. Au point de recevoir la visite du député travailliste Tom Watson, partisan du maintien du Royaume Uni dans l'Union Européenne. "La bière In est un brassage exceptionnel", s'est réjoui ce vice-président du Labour Party. "Elle doit être bue par le maximum de personnes."

La question du maintien ou non du pays dans l'UE agite toutes les discussions outre-Manche. Sue Cooper et son mari, couple anglo-néerlandais et gérants de cet établissement, n'échappent pas à la règle. Mais plutôt que de laisser les débats aux politiciens londoniens qui défilent à la télévision, ils ont voulu participer à leur manière : en incitant leurs clients à engager la conversation.

Nous savons que tout le monde aime s'imaginer en expert politique dès qu'il se pointe au pub. Ces bières vont aider à lancer les débats.

 

Capture d'écran du site internet de la Little Valley Brewery

 

Depuis plusieurs semaines, ils produisent ainsi trois nouvelles recettes. Une bière "In", pour les partisans du maintien ("fruitée, houblonnée, fortement influencée par le continent") et une bière "Out", pour les défenseurs du Brexit ("blanche, avec des notes marquées d'euroscepticisme et un arrière-goût sec et amer"). La dernière, "IDK" pour "I Don't Know" ("ne se prononce pas"), est présentée comme "une bière de malt blonde et moelleuse, avec une pointe de provocation et de réflexion".

Ne les cherchez pas sur leur site web, elles sont en rupture de stock. L'un des bars qui les proposent, dans la grande ville voisine de Leeds, assure que ce sont les fûts de "In" qui partent le mieux (trente fois plus commandés que ceux de "Out"). Ca conviendrait bien aux deux brasseurs, profondément pro-européens :

Nous voterons sans aucune hésitation pour le maintien.


 

D'après le Financial Express, leur économie profite largement du libre-échange européen. La brasserie importe les céréales nécessaires à la fabrication de toutes ces bouteilles, qui sont ensuite exportées sur le continent. Sue Cooper promet de publier les ventes de leurs trois bières avant la date du référendum, le 23 juin. Un sondage comme un autre de la popularité des deux camps.

 

 

L'idée a inspiré la plus grande chaîne de pubs du pays, Wetherspoon, qui a renommé l'une de ses bières "Brexit" pour militer en faveur du départ. Sur des sous-bocks imprimés pour l'occasion, les patrons s'en prennent aux grands décideurs de la finance mondiale, à commencer par Christine Lagarde, la patronne du FMI, dont ils rappellent les déboires judiciaies : un versement controversé de plusieurs centaines de millions d'euros à Bernard Tapie. Pas de choix ici : on boit contre l'Union, jamais pour.

 


Photo de couverture : Cc FlickR Ed Kohler

 

Par Augustin Arrivé / le 09 juin 2016

Commentaires