L'Opéra de Sydney vend ses tuiles

/ le 09 décembre 2013
L'Opéra de Sydney vend ses tuiles
C'est une idée de cadeau de Noël originale. A partir d'aujourd'hui, l'Opéra de Sydney vend virtuellement 125 000 tuiles de son toit emblématique. Une levée de fond destinée à financer la rénovation du bâtiment. Hugh Jackman a déjà craqué.

 

Certains y voient un voilier, d'autres un coquillage. Conçu par l'architecte danois Jørn Utzon, l'Opéra de Sydney est devenu l'emblème de la ville australienne, au point que son design soit systématiquement repris dans le moindre logo sportif ou associatif.

  
Si vous voulez vous offrir un bout de ce toit mythique, il vous en coutera entre 100 et 400 dollars australiens, soit entre 66 et 265 euros. Chaque tuile mesure 12 cm2, les plus chères étant les "snow", qui englobent chaque chevron de la toiture. Les internautes peuvent visualiser et choisir leur tuile sur la page de l'opération "Own Your House".
   

Le site propose de devenir "le voisin de sa célébrité favorite", l'acteur australien Hugh Jackman s'étant offert onze tuiles d'un coup. Le voisinnage de Wolverine est d'ailleurs l'espace le plus VIP et le plus peuplé du toit de l'opéra, quelques heures seulement après le lancement de l'opération.
 
Mais n'espérez pas placer votre nouvelle acquisition au pied du sapin, il s'agit plutôt d'un parrainage. Vous pourrez tout de même apposer une photo et un texte de 140 signes sur la version virtuelle de votre tuile.
  
Choisis ta tuile, camarade / Capture d'écran
  
Lancée quelque semaines après le 40 ème anniversaire de l'Opéra, l'opération vise à récolter un peu plus de 9 millions d'euros, qui serviront à la rénovation du bâtiment ainsi qu'à l'organisation d'événements gratuits.
   
Cette forme de mécénat orginale avait déjà connu un précédent lors de la construction du bâtiment. Au départ chiffrée à 7 millions de $ canadiens, la facture était rapidement montée à 109 millions de $, en raison du défi technique imposé par la toiture coquillage.
 
Pour boucler le financement, le premier ministre australien avait lancé une souscription, sans succès. Il a fallu que la souscription devienne loterie pour récolter les deniers nécessaires.
  
Suivez Sébastien Sabiron sur Twitter : (@sebsabiron)
Illustration de couverture, cc Flickr by rejectreality
/ le 09 décembre 2013

Commentaires