L'héritage d'Aaliyah

Par Paoline RDlny / le 24 août 2016
Aaliyah : plus qu'une chanteuse
Quinze après ce crash fatal, il est temps de revenir sur l'héritage musical et culturel d'une des artistes les plus emblématiques du R'n'B.

Le 25 Août 2001, l'industrie musicale est restée sans voix : Aaliyah, la princesse du R’n’B, décède brutalement dans un crash d'avion qui la ramenait des Bahamas à Miami. Elle avait 22 ans, au sommet de son art et de sa popularité. Quinze ans plus tard, Aaliyah a changé la trajectoire, plus ou moins directe, de nombreux artistes et personnalités mais aussi d'un genre tout entier qui culmine aujourd'hui encore en haut des charts américains

 

Une carrière courte et fulgurante

Tout débute à son adolescence lorsque le chanteur R.Kelly la repère et devient son mentor.  Mariée à l'âge de quinze ans au maître du R’n’B -lui donnant d'ailleurs par la suite le goût des (très) jeunes filles- la belle s'est vu écrire Age ain't Nothing But a Number, son premier album sorti en 1994 : il se vendra à plus de 3 millions d'exemplaires aux États-Unis. La carrière d'Aaliyah est lancée !

 

En 1996, sort One In A Million, son deuxième album et deux nouvelles têtes sont aux commandes pour une dizaine de titres : Missy Elliott et Timbaland, les propulsant directement au rang des meilleurs producteurs de leur génération. Par la suite, "Timbo" produira d'excellents titres sur le troisième album (éponyme) d'Aaliyah comme We Need A resolution, I Care 4U et More Than A Woman.

Au début des années 2000,  le 7ème art s'offre alors à elle : : elle joue le rôle d'Akasha dans le film d'horreur La reine des Damnés, performance nominée lors des MTV Movie Awards 2002. Mais c'est surtout grâce à sa bonne interprétation de Trish O'Day aux côtés de Jet Li et DMX dans le très shakespearien Romeo Must Die,  que la belle s'offre au monde. En plus d'un premier rôle fait sur mesure, la bande originale était dingue ! Encore en 2016, des titres comme Come Back In One Piece ou encore Are you Feelin' Me ?  obligent forcément à bouger la tête, comme si le film était sorti hier. Mais c'est assurément la chanson Try Again que l'on cite en premier quand on parle d'Aaliyah. Son classique écrit et produit par Timbaland lui a ouvert les portes du monde. La jeune diva aurait même dû interprêter le personnage de Zee dans les deux derniers volets de Matrix... Sa filmographie n'a rien de honteux mais le destin a choisi un clap de fin beaucoup plus dramatique pour la "Baby Girl" du R'n'B...

 

 

Une étoile filante devenue mythe

Aaliyah s'est éteinte bien trop tôt et à un moment charnière de sa carrière. La légende Aaliyah est née. Personne n'arrive et n'arrivera à imaginer sa carrière défaillir, à spéculer sur un quelconque passage à vide, ne serait-ce à envisager une petite baisse de régime dans sa gloire fulgurante. Que serait devenue Aaliyah si elle n'avait pas pris cet avion aux Bahamas ? Aurait-elle eu le rôle de Jessica Alba dans le film Honey ? Serait-elle membre du jury dans The Voice USA à la place de Christina Aguilera ? Aurait-elle eu un impact direct sur le parcours de Beyoncé ? Aaliyah serait-elle restée la petite princesse du R’n’B américain que tout le monde s'arrache ? Ou à l'inverse, aurait-elle connu les déboires des chanteuses qui sont devenues riches et célèbres trop jeunes et trop rapidemment ? Personne ne le saura et les théories les plus rocambolesques vont bon train depuis sa disparition.

Le mythe perdure et au fil des années, certaines langues se délient et révèlent quelques secrets sur la vie intime de la chanteuse. C'est notamment le cas de Damon Dash.  Lors d'une interview pour PGTV en octobre 2015, il annonce que Jay Z, son ancien partenaire au label Roc-A-Fella (Jay-Z, Kanye West, Cam'Ron...), aurait eu une relation amoureuse avec Aaliyah bien avant lui. Rappelons que Dame Dash et Aaliyah sortaient ensemble et devaient se marier. Cette histoire aurait alimenté les tensions entre les deux entrepreneurs, au point de mettre à mal l'empire Roc-A-Fella.

Malgré sa disparition, certains continuent de faire vivre la chanteuse comme son ami DMX (qui a accueilli son 15eme enfant en aout 2016) : une de ses filles porte le prénom "Aaliyah". Il a déclaré par la suite qu'elle porte ainsi "le nom d'un ange".

Sur le plan international, le nom de la chnateuse continue d'être évoqué sur les albums du rap français avec Akhenaton, Youssoupha ou encore Soprano qui n'hésitent pas à la citer dans certains de leurs titres ("J'aurais été aux Bahamas pas pour les vacances mais pour vider la soute de l'avion d'Aaliyah" Soprano - Hiro). une L'étoile continue de scintiller.

 

Une source d'inspiration perpétuelle

Le trio Aaliyah/Missy Elliott/Timbaland a été précurseur et visionnaire en créant un nouveau son : une osmose entre hip hop/R'n'B et electro sur des rythmiques syncopées. C'est en incarnant cette avancée sonore qu'Aaliyah a largement inspiré le monde musical à en croire les copies plus ou moins pâles qui ont poussé dans les années 2000. Après Ashanti ou encore Amerie, le plus beau modèle est certainement Ciara, d'ailleurs poussé par Missy Elliott sans doute avec le fantasme morbide de créer une nouvelle princesse du R’n’B.

Il est vrai que la Baby Girl avait placé la barre très haut. En plus d'être sacrément jolie, elle savait tout faire. Elle était capable de chanter des ballades pour dessins animés comme Journey to the past pour le film Anastasia, comme de se poser des sons beaucoup plus rudes comme son feat avec DMX tout en se déhanchant comme personne dans ses clips aux chorégraphies millimètrées. La carrière de Rihanna notamment est à l'imge de celle de sa grande soeur : débutée grâce à un mentor, la Barbadienne arrive à jouer sur une fine passerelle entre R’n’B et pop, quitte à brusquer un peu plus avec des sons plus electro aux côtés de David Guetta ou Calvin Harris. Elle a même flirté avec le cinéma dans le film Battleship.

 

Et ce n'est pas tout : Aaliyah a aussi laissé sa marque hors du sol US. Dans l'Hexagone, pendant les années 90/2000, le R’n’B féminin connait un réel engouement : Wallen, Kayliah, Kayna Samet ou encore Jalane relayées par Amel Bent et Kenza Farah quelques années plus tard, ont toutes clamé leur admiration pour l'Américaine et s'en sont inspirées plus ou moins directement pour leur propre répertoire.

En 2016, qui pour perpétuer l'héritage ? Les réponses sont plus surprenantes qu'il n'y paraît...  Frank Ocean, s'est fendu d'une reprise d'At Your best en 2015, que l'on retrouve sur son "visual album" de 2016 Endless. The Weeknd, Miguel ou même The-Dream naviguent régulièrement dans les mêmes eaux sonores (appelons ça R'n'B/electro/fragile) que la belle. Chris Brown apporte sa pierre à l'édifice sur certains titres comme Don't Think They Know reprise et collaboration directe avec Aaliyah.

Drake a même tenté de publier un album posthume avant de se rétracter face à l'indignation provoquée par cette annonce et son duo post-mortem.

Du côté féminin, on retrouve les accents et l'influence d'Aaliyah dans la pop avec notamment Aluna Francis, chanteuse du duo britannique AlunaGeorge, ou encore Banks.  De quoi faire vivre la voix et la musique d'Aaliyah de nombreuses annnées encore

 

Le 25 Août 2001, l'industrie musicale est restée sans voix. Quinze ans plus tard, le R’n’B féminin se porte pourtant bien : les Beyoncé, Ciara, ou encore Jhené Aiko et Kehlani ont tiré leur épingle du jeu en perpétuant le modèle établi par Aaliyah. Quinze ans plus tard, Aaliyah ne chante plus mais elle résonne encore.


 

Crédit photo : WileE

+ d'Aaliyah sur Mouv'

 

Par Paoline RDlny / le 24 août 2016

Commentaires