L'enterrement de Wolverine

Par Augustin Arrivé / le 11 juillet 2013
L'enterrement de Wolverine
Wolverine peut-il mourir ? La 20th Century Fox, qui distribue la saga X-Men, organisait hier à Paris les funérailles du héros aux griffes d'adamantium. Opération promo à l'occasion de la sortie ciné du dernier volet, dans lequel il risque de perdre son immortalité.

 

Augustin Arrivé, de la rédac' du Mouv', s'est faufilé dans le cortège funéraire :

 

Le tombeau trône près du parc de la Villette, devant la Cité de la Musique, à Paris. De la vieille pierre gagnée par la mousse, des grilles de fer rouillé. L'illusion est parfaite. Une épitaphe : "L'immortalité peut être une malédiction". Et le vrai nom de Wolverine sur une stèle : "James Logan Howlett - 1835-????".

 

Ci-gît Wolverine, qui n'aurait pas dû se gratter les fesses © Augustin Arrivé

 

Quelques fans ont fait le déplacement. Florian et Gaëtan sont costumés. Le premier est grimé en Fauve, une sorte de schtroumpf boosté aux hormones qui accompagne le héros griffu dans ses escapades. Le maquillage est approximatif mais saluons l'effort. Le second porte un costume de Kick-Ass. "Je sais que ça ne se fait pas mais mes griffes étaient à l'autre bout du Val d'Oise, je n'avais pas le courage d'aller les chercher."

 

Gaëtan, Florian et leurs saisissants modèles © Augustin Arrivé

 

Une opération promo efficace. Le caveau restera planté là une semaine, le temps que le buzz fonctionne. Dans le nouveau Wolverine (Le combat de l'immortel, en salles le 24 juillet), le héros campé par Hugh Jackman pourrait bien clamser. Peut-être. Pas sûr. Qui sait ? Mystère.

 

Wolverine, le combat de l'immortel, un film de James Mangold © 20th Century Fox

 

Damien Golla, chef de projet de la 20th Century Fox, refuse de nous révéler le moindre indice. Tout juste nous apprend-il que l'adamantium du personnage va salement morfler. Les fans, eux, gardent espoir. "Ce serait couillu", s'excite Gaëtan, avant que Florian le calme : "dans le monde des comics, quand un mec meurt, il ressuscite deux ans plus tard, donc ça ne nous étonnerait pas qu'au ciné ils nous fassent la même chose".

 

Par Augustin Arrivé / le 11 juillet 2013

Commentaires