L'Eglise fait la quête sur Internet

/ le 04 décembre 2013
L'Eglise espère-t-elle des miracles du crowdfunding?
Paye ton projet se penche sur des projets créatifs prometteurs ! Grâce aux plateformes de financement participatif, vous pouvez les soutenir, et on vous dit pourquoi. Aujourd'hui, focus sur une tendance : l'appel au crowdfunding pour restaurer de vieilles pierres, notamment des églises.

 

D'habitude, on évoque dans cette rubrique un projet à soutenir bien précis, généralement parce qu'il vaut le coup d'oeil, plus rarement pour le tailler en pièce comme ce fut la cas la semaine dernière avec ce douteux film créationniste en 3D.

> Lire : Genesis 3D, l'invasion des créationnistes

Cette semaine encore, un léger parfum de spiritualité titillera vos narines en lisant cette chronique qui ne s'intéressera pas à UN projet en particulier, mais à une tendance, née d'un constat : en naviguant dans l'espace "Art et Patrimoine" du site MyMajorCompany - espace dont on ignorait encore l'existence il y a peu -, force est de constater qu'en 2013, abbayes, cathédrales, couvents et autres églises en désuétude n'hésitent plus à faire la quête sur Internet pour s'offrir un petit lifting.

La scène du festival Coconut Music à l'Abbaye aux Dames © emynassy

Ce qui frappe avant tout en découvrant les campagnes de financement liées à la restauration d'édifice religieux -ou ayant eu ce caractère à un moment de leur histoire-, c'est la diversité des objectifs desdits bâtiments.

Car non, tous n'ont pas vocation à accueillir la messe, en latin ou pas – si c'était le cas, on n'en aurait d'ailleurs sans doute pas parler ici. Alors certes, il y a le cas de cette église de Bolenne, petit patelin du Vaucluse ayant à sa tête une maire d'extrême-droite ayant longtemps refusé de célébrer les mariages gay avant d'y être contraint. Ses paroissiens cherchent quelques sous pour le chauffage et la sono, or comme il fait chaud et que tout le monde parle fort en PACA -c'est bien connu- on peut zapper allègrement ce projet.

D'autres initiatives plus alléchantes sentent bien moins l'eau bénite et cherchent plus à faire de la com' qu'à reboucher des fissures murales : prenez par exemple la belle Abbaye aux Dames de Saintes, en Charente-Maritime, qui entend proposer un projet d'animations via des parcours éphémères. Véritable "cité musicale", le lieu accueille moult festivals comme récemment le Coconut Music Festival (dont Le Mouv' était partenaire) avec une prog' très alléchante (Black Angels, Petit Fantôme, Zombie Zombie...). Ci-dessous, retrouvez un reportage sur l'Abbaye en question :

 

On parlait plus tôt de la diversité des projets de ce genre, en voici un aperçu : du côté de Bayeux, en Basse-Normandie, c'est une cloche de bronze spécialement créée pour le 70ème anniversaire du débarquement l'an prochain qui ornera sa cathédrale si le projet aboutit. En Mayenne, c'est la réhabilitation d'un couvent en école privée -mais laïque, à l'anglo-saxonne, soit une espèce de Poudlard mais sans la sorcellerie- qui s'affiche sur MyMajorCompany.

Même la superstar des monuments religieux, THE Cathédrale de Chartres, un des lieux les plus visités de France, cherche des soutiens pour restaurer ses vitraux, avec succès : plus de 100% de son objectif a déjà été atteint avec plus de 10 000 euros récoltés. En ces temps de crise où les budgets de rénovation -subventionnée ou pas- ne sont pas forcément mirobolants, le recours au crowdfunding était voué à exploser.

Si par idéologie ou ambition architecturale, l'idée de sauvegarder des bâtiments de ce genre ne vous emballe pas, une alternative existe cependant : un petit tour sur LeBonCoin devrait vous permettre de trouver des édifices de ce genre à acquérir à bon prix. Libre à vous de les raser ensuite pour y construire des logements HLM ou un sex-shop.

 


 

Et n'oubliez pas : Paye Ton Projet, c'est aussi une chronique à l'antenne, à retrouver le vendredi en direct dans la matinale du Mouv' vers 8h20 puis dans la foulée sur le site du Mouv'.

> Toutes les chroniques Paye Ton Projet

Alexandre Hervaud

/ le 04 décembre 2013

Commentaires