L'avion Solar Impulse 2 carbure au soleil

Par François Germa / le 09 mars 2015
L'avion Solar Impulse 2 carbure au soleil
Oubliez le kérosène : pour faire voler un avion, les rayons du soleil suffisent. C'est ce que doit prouver la mission de Solar Impulse 2 dont le périple a commencé ce matin. Un voyage inédit qui repousse les limites de la science.

C'est parti,  Solar Impulse 2 s'est envolé ce lundi matin d'Abu Dhabi à 4h12, heure locale (7h12 chez nous). Le début d'un tour du monde de 35 000 kilomètres découpé en 12 étapes. Pour ce premier jour, 400 kilomètres ont été parcourus, jusqu'à Sacate, capitale du sultanat d'Oman.

 

 

Solar Impulse 2 est le fruit de 13 ans de recherche. Deux pilotes suisses en sont à l'origine, André Borschberg et Bertrand Piccard. Ce sont eux qui vont se relayer aux commandes de l'appareil afin de mener la mission à son terme.

Alors comment ça marche ? 17 000 cellules solaires tapissent les ailes de l'appareil. L'énergie récupérée sert ensuite à alimenter des batteries au lithium qui font fonctionner les quatre moteurs électriques à hélice. La structure, en fibre de carbone, est très légère, 2,5 tonnes seulement, moins de 1% du poids d'un A380 ! Mais du côté des performances on voit la différence: Solar Impulse 2 vole entre 50 et 100 Km/h, seulement.

Une construction inédite qui a un but: promouvoir les énergies propres. Bertrand Piccard, cofondateur du Solar Impulse 2, explique:

 

Nous voulons démontrer que les technologies propres et les énergies renouvelables permettent aujourd'hui d'accomplir des choses considérées comme impossibles.


 

Un défi technique et humain

Mais le défi n'est pas seulement technique, il est également humain. Ce sont les premiers pilotes à tenter cette aventure et donc ce sont eux qui vont se retrouver confrontés à des problèmes jusqu'ici inédits. Le sang-froid est donc de rigueur. Une maitrise de soi d'autant plus importante lorsque l'on sait que le cockpit fait moins de quatre mètres cube, le pilote restant immobilisé dans son siège, comme l'indique Bertrand Piccard:


On fait ses besoins, on se lave avec des lingettes, on mange et on boit.


 

Pas de chauffage ni d'air conditionné. Le quotidien risque de ne pas toujours être facile. Alors pour se préparer à ces conditions extrêmes, André Borschberg pratique le yoga et l'auto-hypnose. Parfait pour s'endormir rapidement et récupérer en un temps court.

Le premier grand test pour Solar Impulse 2, ce sera le trajet entre la ville chinoise de Nankin et Hawaï. Cinq jours consécutifs de vol, 8 500 kilomètres. Le défi est grand mais ce tour du monde, s'il est réussi, ouvrera sans doute la porte à de nouveaux projets autour de l'énergie solaire.

 

             Pour suivre en direct l'avancée de l'appareil: www.solarimpulse.com

 


Crédit photo: solarimpulse.com

Par François Germa / le 09 mars 2015

Commentaires