L'art moderne utilisé comme technique de torture

Par Erika / le 30 octobre 2014
L'art moderne utilisé comme technique de torture
Improbable, et pourtant : l'art moderne aurait été utilisé à des fins de torture psychologique pendant la guerre d'Espagne. Retour sur cet épisode parfois méconnu de l'Histoire.

 

On a tous un proche prêt à revendiquer son aversion pour l'art moderne. Le genre à déclamer devant les tableaux de Dali ou les installations de Duchamp que ces travaux sont les oeuvres de détraqués mentaux. Et ce qui va suivre ne va pas les faire changer d'avis.

Une technique de torture très particulière aurait effectivement été développée pendant la Guerre civile espagnole, entre 1936 et 1939 : une forme de torture psychologique directement inspirée par l'art moderne.

 

Un historien a effectivement mis à jour il y a quelques années des archives suggérant que des cellules construites en 1938 par les républicains espagnols avaient été aménagées "comme des représentations 3D de tableaux d'art moderne, pour torturer des prisonniers franquistes", rapporte BBC News.

Et c'est un enthousiaste anarchiste français, Alphonse Laurencic, qui se retrouve à l'origine de ces centres de torture. Inspiré par des artistes tels que Dali ou Kandinsky, il a imaginé ces cellules de manière à susciter la détresse chez les détenus.

 

Kandinsky, Composition n°8

 

L'exiguïté de pièces, les effets de lumières psychédéliques, les briques incrustées au sol, et les dessins surréalistes sur les murs pour seul paysage ne tardaient pas à rendre fous les prisonniers. Charmant.

Mais ça ne s'arrête pas là, puisqu'une autre pratique consistait à forcer les détenus à regarder un extrait en boucle du Chien Andalou de Buñuel et Dali, à savoir la fameuse scène où l'un des protagonistes coupe l'oeil de sa compagne avec une lame de rasoir.

 

 

Des techniques un peu radicales dont on espère que personne ne s'inspirera, et qui fournira au moins aux détracteurs d'art moderne une bonne raison de refuser de vous accompagner voir une exposition.

Par Erika / le 30 octobre 2014

Commentaires