"Kung Fu Panda 3" : encore un film au poil [cinéma]

Par Sébastien Sabiron / le 30 mars 2016
"Kung Fu Panda 3" : encore un film au poil [Cinéma]
Po, le panda pataud devient prof de Kung Fu et fait connaissance avec une famille dont il ignorait l'existence. Un troisième volet graphiquement très réussi, mais un peu paresseux au niveau du scénario.

Il nous avait manqué, le guerrier dragon. Dans le précédent volet (sorti en 2011), Po découvrait que M. Ping, l'oie qui l'avait élevé n'était pas son père biologique. Dans celui-ci, il fait la connaissance de son vrai papa et expérimente la vie avec ses congénères panda, espèce dont il pensait être le dernier représentant.

Il devra aussi composer avec Kaï, un grand méchant bovin revenu d'entre les morts. 


Développé en partie par
Oriental Dreamworks (la branche chinoise du studio d'animation cofondé par Steven Spielberg), ce nouvel opus repousse encore les limites techniques de l'animation.
 


Graphiquement irréprochable, Kung Fu Panda 3 enchaîne les prouesses visuelles : le pelage des animaux, les décors, les scènes de combat pariculièrement réussies... 
Un véritable enchantement pour les yeux et les oreilles, grâce à la bande originale signée Hans Zimmer (Interstellar, Batman v Superman, The Dark Knight Rises...)

On prend (presque) les mêmes et on recommence

Le film ménage aussi quelques belles séquences de comédie pure, reposant peu ou prou sur les mêmes ressorts que dans les précédents opus. Le décalage entre la lourdeur pataude de Po et son habileté pour le Kung Fu fait toujours recette. L'arrivée de nouveaux protagonistes apporte un vent de fraîcheur et les plus jeunes seront ravis de faire connaissance avec plein de pandas mignons.

Po en famille © Twentieth Century Fox


On regrette néanmoins que le scénario ne prenne pas plus de risques. L'histoire est cousue de fil blanc et se contente d'emprunter les mêmes chemins balisés que dans les deux premiers volumes. Si Po évolue dans sa quête identitaire, on sent bien que les nouveaux venus préparent le terrain pour les prochains épisodes de la franchise. 

Manu Payet à l'aise dans son costume de Panda

En version originale, Kung Fu Panda 3 bénéficie d'un casting quatre étoiles. L'indéboulonable Jack Black pour la voix de Po, Dustin Hoffman, Angelina Jolie, Jackie Chan et Bryan Cranston (le Walter White de Breaking Bad ) qui prête sa voix au papa panda.

Alison Wheeler (Meï Meï) et Manu Payet (Po) © Cedric Doux Twentieth Century Fox France


La VF n'est pas mal non plus. Présent depuis le premier opus, Manu Payet s'impose désormais comme la voix de Po, avec une signature vocale indiscociable du personnage. A ses côtés, Alison Wheeler fait ses premiers pas dans le doublage et transforme l'essai.

En quelques répliques, elle donne à Meï Meï (la femelle panda qui en pince pour Po) un petit côté vamp délicieusement décalé.

Meï Meï et Po © Twentieth Century Fox


Déjà sorti aux Etats Unis et en Chine,
Kung Fu Panda 3 triomphe au box office. On lui prédit une carrière similaire en France (5,7 millions d'entrées cumulées pour les deux premiers volets). Car malgré les faiblesses du scénario, on n'aura aucun mal à se laisser entraîner par cette petite douceur colorée et sucrée. 

> Kung Fu Panda 3 de Jennifer Yuh, Alessandro Carloni. Avec Manu Payet, Alison Wheller, Pierre Arditi. Dreamworks. Au cinéma le 30 mars.

> En bonus, la "Carte Blanche" de Manu Payet sur Canal + avec en guest (et en marinière), le reporter de Mouv'.

  


 

Images d'illustration : Twentieth Century Fox

Par Sébastien Sabiron / le 30 mars 2016

Commentaires