Kendrick Lamar retourne à Compton et remercie ses fans

Par Marie Aubert / le 23 mars 2015
Kendrick Lamar retourne à Compton et remercie ses fans
Le prodige de Compton était dans sa ville natale pour un retour aux sources et une séance spéciale de dédicaces. Il en a profité pour remercier les 2500 fans présents.

Alors que Kendrick Lamar triomphe avec son nouvel album To Pimp a Butterfly, le rappeur californien a décidé de retourner à Compton, sa ville natale, pour une session dédicace.

Plus de 2500 personnes attendaient devant un magasin Best Buy, pour rencontrer Kendrick Lamar et faire dédicacer le troisième album de l'artiste. Ce dernier en a profité pour remercier ses fans et à rappeler à quel point il est bon de rentrer chez soi :

Ça fait du bien d'être de retour dans ma ville, d'être là et de voir ses gosses toujours motivés par ma musique, mes rêves et mes aspirations. Je voulais vous remercier. Merci de croire en moi depuis le premier jour (...) et je crois en vous aussi, donc tant que l'on croira les uns en les autres, je continuerai de faire cette musique.


 

Rappelons que Compton a longtemps été considérée  comme la ville des États-Unis qui avait le plus haut taux de criminalité. Gangs, drogues, viols, corruptions... En 2006, les habitants de Compton ont même bénéficié du programme Gifts for Guns, qui consistait à pouvoir échanger son arme à feu contre un chèque-cadeau de 100 $...Depuis quelques années les violences ont chuté mais c'est dans cet univers là que Kendrick Lamar a grandi. 

Aujourd'hui, son album est en tête des ventes et il bat des records: le rappeur californien séduit à nouveau la critique et les internautes. Nul doute que les sujets qu'il aborde et le discours engagé qu'il tient dans ses morceaux (il dénonce le racisme, la corruption, les inégalités...), sont directement inspirés de sa vie à Compton.

Pour rappel, le titre Compton featuring Dr Dre, clôturait l'excellent Good Kid, M.A.A.D City en 2012.

 


 

Crédit photo: Instagram de Kendrick Lamar

Retrouvez Kendrick Lamar sur Mouv'

Par Marie Aubert / le 23 mars 2015

Commentaires