Julian Assange va bien, merci

Par Pierre Breteau / le 19 décembre 2012
Julian Assange va bien, merci
Réfugié depuis six mois à l'ambassade d'Équateur à Londres, le fondateur de WikiLeaks continue de travailler et prépare de nouveaux projets. De son exil forcé, il assure ses partisans qu'il va bien.

 

Six mois de résidence à l'ambassade d'Équateur à Londres pour échapper à une extradition pour la Suède, et toujours la forme pour Julian Assange. Le fondateur de Wikileaks s'est confié à nos confrères de la RTBF, il explique qu'il a l'impression de vivre "un peu comme dans une navette spatiale", "sans voir la lumière du jour".

L'Australien ne chôme pas, il dit travailler "dix heures par jour, sept jours sur sept". Des conditions de vie "difficiles", comme il dit, avant de relativiser ses propos en évoquant le sort de Bradley Manning, sa source présumée, emprisonné aux États-Unis.

Julian Assange s'entretient aussi : "Je fais de l'exercice physique, et j'ai un ami – un ancien commandant britannique – qui vient faire de la boxe avec moi."

La bête noire du Secrétariat d'État américain semble devenir philosophe à mesure que sons séjour à l'ambassade se prolonge : "Chaque jour est important, nous n'avons que 600 mille heures à vivre." Il ne se plaint que d'une chose : "Le manque de soleil."

Julian Assange est "coincé" dans l'ambassade équatorienne depuis le 19 juin. ©Flickr/CC Michael Zero Mayer


  • Le Royaume-Uni doit toujours l'extrader vers la Suède


Réfugié depuis le 19 juin 2012 dans une chambre de vingt mètres carrés, le fondateur de Wikileaks ne peut pas sortir, sans quoi la police anglaise lui tomberait dessus sur-le-champ. Ces derniers jours, Londres annonçait vouloir "trouver une solution diplomatique", mais tenait à rappeler dans le même temps son "obligation légale d'extrader M. Assange vers la Suède".

Le gouvernement suédois lui, ne se mouille pas, ne souhaitant pas interférer dans les affaires de la justice. Le risque pour l'Australien est surtout d'être ensuite extradé vers les États-Unis, où il serait vraisemblablement inculpé pour espionnage.

Il doit s'exprimer demain jeudi au balcon de l'ambassade d'Équateur en plein centre de Londres. Ses partisans ont même prévu de la musique, de la nourriture et du vin chaud, pour souhaiter de bonnes fêtes à Julian Assange.

Photo de couverture : ©Flickr/CC Antonio Marin Segovia

Par Pierre Breteau / le 19 décembre 2012

Commentaires