The Lone Ranger, le cow-boy masqué venu des ondes

Par Augustin Arrivé / le 06 août 2013
Lone Ranger, le cow-boy masqué venu des ondes
"Lone Ranger", la dernière production Disney en salles ce mercredi, ressuscite un cow-boy justicier des années 30. A l'origine, c'était un feuilleton radio, avant des adaptations télé, BD, romans, ciné. L'équipe de "Pirates des Caraïbes" récupère le bébé.

 

Il a un stetson blanc de cowboy, des 'tiags en cuir de cowboy, un flingue à chaque hanche, comme les cowboys. Mais ce n'est pas un cowboy, c'est un ancien Texas Ranger. Genre Chuck Norris version masquée. Le Lone Ranger lutte contre les méchants avec son copain indien Tonto.

 

 

A l'état civil, il s'appelle John Reid. Il est né sous la plume d'un auteur américain, Fran Striker, qui en a fait le héros d'un feuilleton radio pour WXYZ-AM, une station du Michigan. La cavalcade durera plus de deux décennies, entre 1933 et 1954. Un fan-club tente de réunir ces enregistrements de postes à galène. Ils galèrent un peu mais vous pouvez aller écouter quelques épisodes ici, ou là :

 

Earle Graser dans The Lone Ranger, réalisé par James Jewell © WXYZ-AM, 1933

 

Aujourd'hui, c'est Armie Hammer, un quasi inconnu, aperçu dans The Social Network, qui prête ses traits au cowboy. Mais le vrai héros est devenu l'indien Tonto, narrateur du film campé par Johnny Depp, décidément amoureux du maquillage, qui retrouve pour l'occasion le réalisateur (Gore Verbinski) et les producteurs de la saga Pirates des Caraïbes.

 

Le blockbuster Disney n'est que la dernière déclinaison d'une franchise qui a connu des dizaines d'adaptations. Rien qu'au cinéma, le public a subi quatre autres versions. La première, en 1938, The Lone Ranger (déjà), était signée William Witney et John English (rien à voir avec l'agent secret). Pour fidéliser le spectateur, ils découpaient ça en épisodes de quinze minutes projetés jour après jour :

 

Lee Powell dans The Lone Ranger, réalisé par William Witney et John English © Republic Pictures, 1938

 

Puis il y eut en 1939 The Lone Ranger Rides Again, en 1956 The Lone Ranger (encore, oui, je sais, c'est comme ça) et en 1958 The Lone Ranger and the Lost City of Gold. Sans parler des téléfilms qui se sont fait systématiquement atomiser par la critique.

 

Parallèlement aux diffusions radio, c'est surtout à la télé que notre cowboy put dégourdir les pattes de Silver, son cheval blanc. Pendant huit saisons, entre 1949 et 1957, sur ABC, il prit l'apparence de Clayton Moore, une western-star adulée par les fans mais tombée dans l'oubli depuis. Et devinez comment ça s'appelait ?

 

Clayton Moore dans The Lone Ranger, réalisé par George W. Trendle © ABC, 1949

 

Et puis il y eut les animés, aux durées de vies variables. La série des années '60 s'intitulait The Lone Ranger, à la différence de la version eighties, baptisée The Lone Ranger. On vous en a dégotté une encore plus ancienne, sortie des années 30, The Masked Rider (tiens !? Pathegrams ne devait pas avoir récupéré la licence) :

 

Un petit bonhomme est The Masked Rider, produit par Roy Meredith © Pathegrams

 

On continue ? Parce que ce n'est pas fini ! Lone Ranger, c'est aussi un comic, paru entre 1938 et 1971 dans un magazine éponyme. L'auteur du feuilleton radio originel, Fran Striker, était de retour pour certains scénarios, tandis qu'Edmund Kressy et surtout Charles Flanders se partageaient les dessins. 

 

The Lone Ranger, comic par Fran Striker et Ed Kressy © The Lone Ranger Inc, 1938

 

Ce sera traduit en français sous le titre Le roi de la prairie, et publié dans différentes revues pour les kids (Hop là !, Jumbo...) ou pour les grands (Le Populaire du Centre, La Voix du Nord...).

 

 

Et le même héros réapparaitra en 2006 dans un nouveau comic ficelé par le tandem Brett Matthews/Sergio Cariello. Publié chez Dynamite Entertainment, The Lone Ranger s'étale sur vingt-six numéros inédits en France.

 

 

Et puis quitte à se faire du fric, pourquoi ne pas adapter la formule en jeu vidéo ? Les producteurs ont essayé, c'était sur NES, en 1990, mais le succès n'était pas vraiment au rendez-vous. Pourtant, le générique au clairon était vachement bien imité. La preuve :

 

The Lone Ranger, jeu vidéo NES © Konami, 1990

 

Pour être tout à fait complet, on peut aussi signaler que la série Le frelon vert, récemment adaptée au cinéma par Michel Gondry, était à l'origine un spin-off du Lone Ranger. Le héros, Brett Reid, est censé être le petit-neveu (masqué lui aussi) de John Reid. La descendance a perdu en panache.

 

Par Augustin Arrivé / le 06 août 2013

Commentaires