Joe Madureira relance "Battle Chasers" [interview]

Par Augustin Arrivé / le 19 juin 2016
Joe Madureira relance "Battle Chasers" [interview]
Il a connu un succès phénoménal avec ses comics "Battle Chasers" avant de tout arrêter voilà 15 ans pour se lancer dans les jeux vidéo. L'Américain Joe Madureira s'apprête à retrouver ses personnages, sur consoles et papier. Mouv' l'a rencontré à l'occasion de Paris Comics Expo.

 

Une campagne Kickstarter à 856.354 dollars pour financer un jeu vidéo : qui dit mieux ? L'exploit est signé Joe Madureira (Joe Mad !, avec un point d'exclamation, pour les vrais). "Quand j'ai vu ce soutien, ça m'a épaté ! On sait qu'on va faire un putain de jeu parce qu'on ne veut décevoir personne." La cote d'amour de l'artiste est au plus haut. Pourtant, en lançant son appel aux dons l'an dernier, ce n'était pas gagné. Joe avait fait beaucoup de peine à ses fans, rien n'assurait qu'ils lui auraient pardonné.

Ainsi rebondit toujours le bonhomme, c'est l'histoire d'un enfant gâté qui casse ses jouets mais qui les reconstruit tout seul. "A ceux qui voudraient se lancer aujourd'hui dans le métier d'auteur de comics, je conseillerais d'utiliser tous les moyens à leurs dispositions pour se faire remarquer. Avec Internet, n'importe qui, n'importe où sur la planète, peut tenter sa chance." La sienne, de chance, était énorme : à seize ans il entre chez Marvel comme stagiaire. Quelques mois plus tard, il y signe les séries dérivées des X-Men.

Je n'arrive pas à croire que je vis dans un monde où les super-héros sont devenus cool. Même les gens qui ne lisent pas de comics vont voir les films ou les séries Marvel.

Extrait de "Battle Chasers", tome 5, par Joe Madureira © Semic, 2002

 

Sa carrière est lancée. Elle explosera avec Battle Chasers, création originale de fantasy futuriste, publiée chez Image Comics. Il en déploie l'intrigue pendant neuf volumes avant de tout arrêter subitement au tournant des années 2000, sans donner aucune explication. Son public est orphelin. "On me demandait quand est-ce que j'allais reprendre la série, mais je me disais que ça n'arriverait pas."

Il se lance dans les jeux vidéo, crée son propre studio et signe une reconversion miraculeuse : son titre Darksiders est très bien reçu par la presse et devient un hit. Un deuxième suivra. La saga s'écoule à trois millions et demi d'exemplaires. Dans les conventions, pourtant, les gens continuent de lui parler d'une suite pour Battle Chasers. "J'ai commencé à y penser, mais j'avais tellement d'autres choses à faire."

856.354 dollars plus tard, le projet est sur les rails, et il devrait contenter tout le monde. Les lecteurs du comics auront droit à un dixième volume. Pas de date de sortie annoncée, mais on reste aux aguets. Les gamers pourront goûter au jeu vidéo d'ici la fin de l'année (a priori). Battle Chasers : Nightmare sera un RPG cousin de Final Fantasy.

 

 

Pourquoi choisir ? "D'un point de vue créatif, je trouve dans les comics la possibilité de travailler seul, de produire une oeuvre plus personnelle. Alors qu'un studio de jeux vidéo, c'est une grosse machine avec beaucoup d'argent en jeu, mais c'est marrant aussi parce qu'il y a de l'énergie qui ressort de tout ça." Il se dit chanceux d'avoir réussi sur les deux tableaux. Talentueux, aussi, certainement.

Il promet un jeu accessible à tous ceux qui n'ont pas lu les BD, mais qui rassasiera aussi les nostalgiques. "C'est important pour nous que les fans des comics retrouvent ce qu'ils ont aimé, mais il faut que les autres puissent découvrir eux-mêmes les personnages." Tenez bon : Gully, Garrison et Monika seront bientôt de retour. En attendant, vous pouvez vous procurer les rééditions des premiers volumes aux éditions Soleil.

 


Illustration de couverture : couverture pour Battle Chasers, de Joe Madureira © Soleil, 2012

Toute l'actu de la bande dessinée sur Mouv', c'est par ici.

 

Par Augustin Arrivé / le 19 juin 2016

Commentaires