J.K. Rowling trollée par des moldus écossais

/ le 12 juin 2014
J.K Rowling insultée par des moldus écossais
Partisane du maintien de l’Écosse au sein du Royaume Uni, la créatrice de la saga Harry Potter a versé un million de livres au camp du Non à l'indépendance. En retour, elle vient de recevoir une volée de bois vert sur Twitter. Pas classe.

Le 18 septembre prochain, les écossais se prononceront par référendum sur l'indépendance ou non de leur pays. J.K. Rowling a déjà choisi.

Installée à Édimbourg depuis 21 ans, l'auteure britannique a annoncé mercredi avoir fait un don d'un million de livres sterling (1,2 million d'euros) à la campagne Better Together, qui milite pour le maintien de l'Ecosse au sein du Royaume-Uni.

Les partisans du NON affirment que l'Ecosse est plus riche au sein du Royaume-Uni © Better Together


Dans un long message publié sur son site, l'écrivain affirme son attachement et sa "gratitude" envers l'Ecosse et évoque les raisons de son engagement dans le camp du Non à l'indépendance :

Plus je lis une variété de sources indépendantes et impartiales, plus je suis amenée à conclure que si l'indépendance peut nous apporter des opportunités [...] elle comporte également des risques importants. [...] Plus j'écoute la campagne en faveur du oui, plus je m'inquiète de sa façon de minimiser et même de nier les risques.



Et l'écrivaine de détailler ces risques, citant notamment les universités de médecine qui craignent de voir leurs budgets amputés en cas d'indépendance, ou encore le récent renflouement de la Banque royale Ecossaise par le contribuable britannique, qui a "sauvé [l’Écosse] d'une catastrophe économique".

Garce !

Signe que le débat est sensible, l'engagement sonnant et trébuchant de maman Potter lui vaut une salve de commentaires haineux sur Twitter. En français, ça donne "Connasse" sur le fil d'un twittos canadien,  mais le tweet le plus surprenant est sans doute celui posté depuis le compte d'une association caritative écossaise :

"Quelle garce ! Alors que nous lui avons donné refuge dans notre ville quand elle était mère célibataire."

The Dignity Project se présente comme un programme éducatif pour les "orphelins et les enfants vulnérables d'Afrique". L'association affirme sur son site que son compte Twitter a été piraté :

Nous ne sommes responsables d'aucun des tweets qui ont été envoyés. En tant qu'association, nous ne prenons pas de position politique et nous estimons que les gens sont libres de donner à qui ils veulent.



Reste que le tweet est toujours visible à l'heure où nous écrivons ces lignes. Si l'association dit vrai, il pourrait être l’œuvre des "cybernat", surnom donné aux indépendantistes qui militent sur internet. En février, ils avaient trollé David Bowie sur les réseaux sociaux. La star s'était engagée pour l'union au travers d'un message lu par Kate Moss aux Brit Awards.

David Bowie en 2006 / CC Flickr NYCArthur
  

De son côté, le camp Yes Scotland ! qui rassemble les indépendantistes dit respecter "complètement  J.K. Rowling et son droit à s'exprimer sur le référendum et à donner à la campagne du non."  L'organe écossais de régulation des associations annonce une enquête sur le tweet de Dignity Project.

> Pour mieux comprendre les enjeux du référendum : Et si l'Ecosse kiltait le Royaume Uni ?

 


 

/ le 12 juin 2014

Commentaires