Jeremy Scott et Moschino poursuivis en justice par le street artist RIME

Par Erika / le 06 août 2015
Rime
Le street-art est définitivement une source d'inspiration pour les créateurs. Une source d'inspiration parfois même trop prononcée, puisque Jeremy Scott, de la firme de luxe italienne Moschino, n'a pas hésité à reproduire une fresque murale du graffeur Rime dans plusieurs de ses créations... sans son autorisation.

Rime, alias Joseph Tierney, est un street-artiste engagé et influant aux Etats-unis. Originaire de New York, il vit aujourd'hui à Los Angeles qu'il décore régulièrement de ses créations, lorsqu'il n'est pas en vadrouille aux quatre coins du globe, et où il donne des cours d'art aux jeunes des quartiers défavorisés.

En 2012 à Détroit, Rime crée "Vandal Eyes", une œuvre représentant une paire d'yeux aux sourcils froncés placée sur l'inscription "Vandal".

©Rime, Vandal Eyes, 2012



Trois ans plus tard, l'œuvre se retrouve sur les podiums, dans la collection automne-hiver 2015 de Moschino. Elle attire également l'attention lors d'un gala où Katy Perry exhibe fièrement une robe de la marque, bombe de peinture à la main, en compagnie de Jeremy Scott lui-même affublé d'un costume aux motifs similaires.

Une rapide comparaison avec la robe signée Jeremy Scott ne laisse aucun doute : il s'agit tout bonnement d'un copié-collé.

JUSTIN LANE/EFE/Newscom/MaxPPP 


Jusque-là, rien d'anormal : les collaborations foisonnent entre l'industrie de la mode et le street-art, sauf que la robe aurait été créée sans l'autorisation de l'artiste et sans le créditer, faisant atteinte aux deux éléments clés du droit d'auteur : la reconnaissance de la paternité de l'œuvre et ses droits d'exploitation.

Des milliers d'euros qui auraient été nécessaires à la reproduction de ce graffiti, l'addition pourrait bien s'annoncer autrement plus salée en dommages et intérêts si la justice tranche en faveur de Rime...

Ce qui devrait heureusement être le cas : une plainte a d'ores et déjà été déposée contre la firme et son directeur, stipulant :

Rime est un artiste reconnu. Les accusés Moschino et Jeremy Scott - deux noms de l'industrie du luxe - ont reproduit l'œuvre de Rime sur leurs créations sans l'en avoir averti ni obtenu son consentement.


 

Pour l'artiste, l'affront va encore bien plus loin, comme le précise la plainte :

Les accusés ont payé Melle Perry pour promouvoir et exposer le vêtement au cours d'un Gala. Non seulement Melle Perry et l'accusé M.Scott ont fait la publicité de ce vêtement, l'ont porté et exposé pendant l'évènement, mais ils se sont de surcroît rendus au Gala dans une Rolls Royce taguée, allant jusqu'à faire porter à Melle Perry une bombes de peinture siglée de la marque Moschino, comme si les accusés étaient les auteurs de l'œuvre.


 

Le cas semble en béton pour Rime, qui pourrait bien rapidement faire regretter à Moschino d'avoir usurpé son travail et faire passer l'envie à quiconque de reproduire ces pratiques, malheureusement encore trop répandues.

 


Crédit photo : Capture d'écran Vimeo // JUSTIN LANE/EFE/Newscom/MaxPPP 

Photo accueil : EPA/MAXPPP

Par Erika / le 06 août 2015

Commentaires