Je suis payé pour fumer de la beuh

Par Gaële Joly / le 03 mai 2013
« Je suis payé … pour fumer de la beuh ! »
Il a été, en 2010, le premier critique de marijuana des États-Unis. Chaque semaine, William Breathes publie le compte rendu de ses dégustations de cannabis dans le magazine Westword, de Denver, Colorado.

 

Imaginez vous qu'on vous paye pour fumer de la marjuana. C’est le cas du très sympathique William Breathes, 32 ans, rencontré dans les locaux du magazine Westword, dans le centre-ville de Denver.

Depuis 2009, depuis que l'Etat du Colorado a légalisé l'usage thérapeutique de cannabis, toutes les semaines, il se rend dans les dispensaires médicaux, fume quelques lattes et publie le compte rendu de ses dégustations. William Breathes n’en revient toujours pas « C’est toujours un peu bizarre pour moi d’avoir ce job ». Il a été choisi parmi plus de 300 candidats pour le job, et avec beaucoup de sérieux, il va vous livrer sa méthode de travail. 

William Breathes, dans les locaux du magazine Westword, à Denver, Colorado

 

« Je fume un joint pour voir quel effet ça me fait, je me mets dans la peau des patients, et  je regarde combien de temps ça dure, la puissance. Pendant une semaine je compare les effets et le jeudi, j’ai mon compte rendu dans le Westword ». 

« C’est très sensoriel, l’odeur, le goût, comme la beuh d’Asie, très forte, très métallique, et même un peu épicée quand tu aspires la fumée. Quand tu la recraches, y’a cette saveur un peu musquée qui envahit la pièce, c’est délicieux »


 

Caché derrière ses lunettes violettes et sa casquette, William Breathes, (c'est un nom d'emprunt) préfère rester discret. Pas évident d’assumer son job a son entourage. « L’histoire la plus drôle c’est que les parents de ma femme, ne savaient pas. Ils ont découvert ce que je faisais un jour quand je suis passé sur CNN il y  a quelques années. C’est une histoire qu’on aime bien raconter maintenant dans la famille ».

 

 

Parmi les questions qu’on lui pose souvent : Comment devenir critique de Marijuana ? « Si vous êtes passionné par le cannabis et que vous voulez en parler, commencez un blog sur la beuh que vous fumez et l’effet que ça vous fait et quand ça deviendra légal, chez vous, vous pourrez dire : voilà ce que j’ai fait. J’ai contribué à ça. Et un jour viendra ou chaque ville du monde aura son critique de marijuana ».


 

Sauf qu’écrire un blog sur le cannabis en France reste illégal et puni par la loi. Avec la légalisation récréative de cannabis, voté en novembre dernier dans le Colorado et les milliers de coffee shop qui devraient ouvrir en janvier 2014, William pourrait monter un magazine exclusivement sur la « pot critic ». Mais, pour l'instant il préfère rester à Westword. Il faut dire que le magazine a, grâce à lui, une très bonne réputation du côté des Rocheuses.

Par Gaële Joly / le 03 mai 2013

Commentaires