Jay Z et Kanye West : histoire d'une bromance tourmentée

Par Paoline RDlny / le 26 octobre 2016
Jay Z et Kanye West : histoire d'une bromance tourmentée
Le roman d'amitié entre Jay Z et Kanye West touche-t-il à sa fin ? Des rumeurs insistantes le disent. Retour l'histoire chaotique d'une relation qui a oscillé entre sentiments et intérêts mais qui aura changé le rap.

Rien ne va plus entre les deux princes du rap game américain ! Depuis le cambriolage de sa femme Kim Kardashian le 3 Octobre dernier à l'hôtel de Pourtalès dans le 8ème arrondissement de Paris, Kanye West l'a mauvaise envers son pote Jay Z et pour cause : Monsieur Beyoncé n'aurait pas pris le temps et la peine de demander des nouvelles de la bimbo. On connait tous l'égo surdimensionné de Mister GayFish : il ne se passe pas une semaine sans que le génie ne fasse pas un scandale soit par le biais de sa femme soit par une de ses déclarations farfelues dont lui seul a le secret. Ayant l'habitude de se mettre à dos la plupart des gens sur lesquels il crache son dédain, le fait que Jay Z -avec qui il avait sorti en l'album Watch the Throne, sorti en 2011- se retrouve dans les gros titres de leur dispute est étonnant. Si étonnant que ça ? Pas si sûr...

 

Deux icônes aux parcours bien différents

Avant toute chose, revenons sur nos deux protagonistes. Il est vrai que, parfois, en amitié, certaines règles sont bafouées : on a tous un(e) pote -ou même plusieurs- avec qui nos points communs se comptent seulement sur une main. Culturellement, religieusement, politiquement, et heureusement : les différences favorisent l'ouverture d'esprit ! Jay Z et Kanye West font partie de ces amitiés : deux grosses figures qui ont su s'imposer dans le milieu musical et économique du monde, mais différemment. L'un est totalement lunaire, l'autre essaye tant bien que mal de garder les pieds sur Terre. Si l'un a grandi dans les quartiers pauvres de New-York, l'autre a évolué dans les classes moyennes d'Atlanta et du South Side de Chicago. L'un a connu la violence, la drogue et la délinquance à outrance jusqu'à tirer sur son propre frère toxicomane à l'âge de 12 ans, pendant que l'autre s'envolait pour la Chine dans le but de suivre un programme d'échange grâce à sa mère professeur d'anglais. C'est en partie pour cela que West a eu plus de mal à ses début en tant que rappeur : le manque de street credibility. Il fait ses preuves grâce à ses talents de musicien et à sa créativité incontestable. C'est ainsi qu'il intègre en 1998 le label Roc-A-Fella, créé par Jay Z et Damon Dash comme beatmaker : on entend sa touche sur les albums de tout le label Roc-A-Fella (Cam'ron, Beanie Sigel, Freeway...), Nas, DMX, Ludacris, Mos Def, Alicia Keys, Mariah Carey ou encore Ne-Yo. Il s'impose véritablement grâce à l'album The Blueprint de Jay Z sorti en 2001 (sur lequel il partage le gros de la production avec Just Blaze) et plus particulièrement grâce au titre Izzo (H.O.V.A.) (Pour l'anecdote, Jay Z se verra surnommer Hova mais aussi Young Hov depuis ce titre.)

Autre différence, l'un a fondé sa fortune et son image grâce au hip-hop : de Roc-A-Fella à Roc Nation en passant par ses idylles et muses Aaliyah, Rihanna et Beyoncé, Jay Z garde deux pieds dans la musique urbaine. L'autre est beaucoup plus mainstream, digne d'une pop star, comme le prouve ses collaborations avec le monde du luxe et du prêt à porter comme Louis Vuitton, Zanotti et dernièrement Balmain, du design et ses relations amoureuses avec des personnalités comme Amber Rose ou avec Kim Kardashian, ambassadrices du bon goût et de l'élégance 2.0. Deux univers totalement différents qu'ils ont réussi à unir le temps d'un projet musical, liant aussi par la même occasion deux publics : de quoi égratigner joliment l'image trop propre de Kanye et assurant une bonne fois pour toutes le côté mauvais garçon de Jay Z au rang de personne fréquentable. Une question se pose alors : ces différences n'ont-elles pas amené par la suite une sorte de concurrence néfaste ?

 

Une relation dominant-dominé

Jay Z a déjà, dès le début des années 2000, une belle longueur d'avance sur son collaborateur et ami : il est à la tête de son propre label sur lequel il a sorti 6 albums ! Il faudra attendre 2004 pour écouter Kayne West sur son propre projet The College Dropout sorti sur le label Roc-A-Fella : Jay Z apparaît d'ailleurs en featuring sur le très bon titre Never let me Down. Sa signature en tant que rappeur partage les deux dirigeants : la rumeur sous-entend que Jay Z était loin d'être favorable à la venue de Kanye en tant que rappeur sur le label. Il faut dire que c'est Damon Dash qui a découvert l'artiste et qui a insisté pour qu'il devienne le poulain de l'écurie.

 

Par la suite, Kanye suivra Jay Z lorsque que les créateurs de l'entreprise se sépareront, Jay Z devenant le principal dirigeant. Sur ce sujet, Kanye répond qu'il a suivi Jay Z car il était son idole, malgré le fait que Damon Dash a toujours cru en lui. Et cette hiérarchie se concrétise d'autant plus lorsque West rend hommage à Monsieur Carter sur son album Graduation sorti en 2007 : le titre Big Brother est une véritable ode, une véritable déclaration d'amour à celui qu'il considère comme son mentor, son modèle. «At the Grammys, I said I inspired me but it's to my big brother who I always tried to be » («Aux Grammy Awards, j'ai dit que j'étais ma propre muse mais j'ai toujours essayé de ressembler à mon grand frère ») Oui, ces propos sont bien sorti de la bouche de Yeezus lui-même ! Etonnant quand on connait l'humilité affichée par le personnage en général... C'en est même touchant. Plus étonnant : pour une fois, on arrive à éprouver de l'empathie pour lui. On commence même à comprendre son ras-le-bol : l'absence de soutien de Jay Z vis-à-vis de Kim Kardashian West, traumatisée après son cambriolage, est prise comme une véritable déception. Et ce n'est pas la première fois que Kanye West se sent snobé. En 2014, lors du mariage des West, en plus d'avoir refusé d'être son témoin, Jay Z a carrément séché l'évènement avec sa femme Beyoncé et pour cause, Queen B ne voulait pas s'afficher aux côtés de Kim K : l'impression de baisser ses standards est trop pesante. Ambiance qui est loin de faciliter les relations, déjà compliquées, entre les deux princes et qui renforce, jusque dans leurs vies intimes respectives, le sentiment que l'un domine l'autre.

 

Les répercussions du clash Carter/West

C'est certainement l'une des vidéos les plus visionnées de cette fin d'année : Kanye West sur scène, à Seattle, lors d'un de ses concerts du Saint Pablo Tour. La star déballe son linge sale en public et tout y passe, en particulier le comportement de Jay Z vis-à-vis de Kim K mais aussi de Drake. En effet, le Canadien, lui-même au milieu de nombreux conflits, se retrouve au cœur de l'embrouille princière. La raison ? Son appartenance au groupe Apple, concurrent de Tidal, appartenant à Jay Z. Monsieur Beyoncé ne comprend pas que le jeune talent, qui connait une ascension fulgurante depuis quelques années, ne signe pas dans son entreprise. West reproche donc à Jay Z de faire passer les affaires avant les liens affectifs. On se pose la question concernant une certaine Rihanna : la belle se retrouve malgré elle au milieu d'une embrouille qui n'est pas la sienne. D'un côté, son mentor de toujours qui l'a découverte (on se rappelle évidemment du merveilleux tube Umbrella) et son ami/amant avec qui elle a collaboré à de nombreuses reprises, par exemple sur le titre What's My Name. Et c'est l'effet boule de neige : la brouille entre Jay Z et Kanye West fait couler beaucoup d'encre et outre Atlantique, les médias sont en feu. En effet, le 20 octobre, le site PageSix balance : Jay Z aurait collaboré avec West sur l'album Watch the Throne ainsi que sur la tournée qui en découlait uniquement dans un but lucratif. ''Kanye West est insupportable'' aurait-il déclaré par la suite. Kanye West a surenchéri, faisant comprendre que de futures collaborations avec les Carter étaient compromises : il affirme alors que le projet d'un Watch the Throne 2 ne verra jamais le jour. Le public est donc la principale victime de la dispute entre les deux icônes rap américain du moment, à notre grand désarroi. Espérons que l'album commun du couple Beyoncé-Jay Z sorte d'ici peu.

 

Sur la toile, certains crient au complot et pensent que l'essence même de leur embrouille est un coup marketing, comme le cambriolage de Kim K, monté de toute pièce pour toucher les assurances des bijoux volés. Alors, info ou intox ? Ce qui est sûr, c'est qu'on va attendre encore longtemps avant d'écouter un nouveau feat entre les deux princes...


Crédit photo : Theo Wargo / Getty Images

Par Paoline RDlny / le 26 octobre 2016

Commentaires