Japon, la fronde anti-nucléaire

Par Gaële Joly / le 09 mars 2012
Japon, la fronde anti-nucléaire
Alors que le Japon va commémorer dimanche le premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima, les antinucléaires ne désarment pas. Chacun son mode de combat. Gaele Joly les a rencontrés à Tokyo.

 

Si le gouvernement japonais a promis l’arrêt de tous les réacteurs nucléaires d’ici mai, il n’en reste plus que 2 sur 58 en activité, les activistes anti-atome ne désarment pas. Ils sont persuadés qu’a long terme, les centrales vont redémarrer. Et même s’ils sont moins nombreux qu’en Allemagne ou en France, ils font entendre leur voix à leur façon.

Gaele Joly les a rencontrés. Reportage à Tokyo.  

 

On appelle ça le village des tentes. C’est là, à Kasumigaseki en plein quartier des affaires que les Occupy Tokyo manifestent depuis 6 mois devant le ministère de l’industrie.

 " Cette tente on l’a construite le 11 septembre dernier. Et depuis on a reçu énormément de visites",  explique Mitsuro Sudo, militant anti-nucléaire. A ses côtés Shiina Shieko vient de Fukushima, elle aussi squatte ici depuis des mois.

 

A quelques stations de métro, un autre groupe d’activistes les "Okome takeru no ichiza", littéralement « la troupe qui peut cuire du riz », préfère la méthode douce, l’humour.

 

Leur vidéo fait un carton sur la toile. Un clip qui parodie le lobby nucléaire, à la façon bioman

 

Les activistes de "Okome takeru no ichiza"

 

Tous doivent se retrouver à la grande manif de dimanche à Tokyo devant le siège du gouvernement. Et former une gigantesque chaine humaine contre le nucléaire

 

Carte de la zone contaminée. Le stylo pointe la ville de Fukushima, située à 70 kilomètre de la centrale mais fortement touchée par la radioactivité.
Le point sur les manifestations du week-end, avec Gaele Joly
Plus d'info
Le site des "Okome takeru no ichiza" http://www.okometakeru.com/
Le site d'Occupy Tokyo http://occupytokyo.org/en/

 

Par Gaële Joly / le 09 mars 2012

Commentaires