James Blake remporte le Mercury Prize

/ le 31 octobre 2013
James Blake remporte le Mercury Prize
Le jeune artiste électro-soul a remporté hier soir le prix du meilleur album britannique, coiffant au poteau les géants David Bowie et Arctic Monkeys. "Ma première récompense depuis un trophée de tennis à douze ans."

 

Augustin Arrivé, de la rédac du Mouv', a toujours préféré Blake à Mortimer. Ca tombe bien. Son Mercury Prize est à écouter ci-dessous :

 

Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est une surprise. Non pas qu'on doute du talent du garçon, 25ans et deux albums acclamés par la critique et qui tournent régulièrement sur l'antenne du Mouv', mais il y avait du beau monde cette année parmi les nommés. Les Arctic Monkeys, désavantagés par une première récompense en 2006, pouvaient espérer le doublé. Quant aux bookmakers britanniques, ils pariaient sur la voix soul de Laura Mvula (Disclosure et David Bowie complétaient leur podium).

 

James Blake au Mercury Prize, mercredi soir, la timidité en bandoulière © Channel-4, 2013

 

Ce sera donc James Blake et c'est tant mieux. Déjà nommé en 2011, il a le don de marier les styles, entre électro, soul et hip-hop, un potentiel faiseur de tubes repéré dès son premier album (éponyme), sur lequel figurait The Wilhelm Scream, reprise d'un morceau de son père, James Litherland, guitariste oublié des seventies.

 

Un héritage dont il s'est écarté, troquant la guitare paternelle contre synthés et beatbox. Sur scène, hier soir, il a d'ailleurs remercié ses parents "pour m'avoir appris l'importance de tracer sa propre route". Il a ajouté que c'était sa première récompense "depuis un trophée de tennis quand j'avais douze ans".

 

Overgrown, par James Blake © Polydor, 2013

 

D'autres suivront, sans aucun doute. Cette année, il était l'un des artistes les moins connus de la short-list du Mercury. A tel point que la maîtresse de cérémonie, Lauren Laverne, l'a appelé James Blunt. Elle s'en est ensuite platement excusée sur twitter :

 

 

Son album, Overgrown, qualifié par le jury "d'inventif, poétique et intense" s'est vendu à peine à 28.000 exemplaires (dix fois moins que les Arctic Monkeys, vingt fois moins que Jake Bugg). Il devrait connaître sous peu une seconde vie. En attendant ses petits frères.

 

James Blake chez Laura Leishman sur le Mouv', c'était par .

Et la short-list du Mercury Prize 2013, rappelez-vous, c'était ici.

 

/ le 31 octobre 2013

Commentaires