J'ai testé pour vous : perdre face à Julien Lepers

Par Augustin Arrivé / le 23 juillet 2013
J'ai testé pour vous : perdre face à Julien Lepers
Oui ! Le Mouv' l'a fait ! Nous avons participé à Questions pour un champion ! Augustin Arrivé, journaliste de la rédac' s'est qualifié dans les règles, sans piston, avant de s'écrouler lors de la deuxième manche de l'émission. Il s'est bien marré, et il raconte.

 

Questions pour un champion fêtera le 8 novembre prochain ses 25 ans d'antenne quotidienne sur France3. Julien Lepers est aux commandes de ce jeu depuis son lancement. Et samedi dernier, j'étais derrière l'un des pupitres, moi, Augustin Arrivé, de la rédac' du Mouv' :

 

Questions pour un champion, émission du 20 juillet 2013 © Fremantle Medias / France Télévisions

 

Mine de rien, ce n'est pas pour me la péter, mais un ticket d'entrée sur le plateau de Juju, ça se mérite. Il faut d'abord participer aux présélections. Inscriptions sur internet. Vous recevez une invitation lorsque l'équipe est de passage près de chez vous. Pour moi, c'était en février dernier dans le 14e arrondissement de Paris :

 

Invitation pour participer aux préselections de l'émission © Fremantle Medias

 

Une fois dans la dite "Salle des fêtes", la production, adorable (mention spéciale à Michel !), soumet aux participants (une bonne centaine de personnes) deux séries de quarante questions de culture générale. Pour se qualifier, il faut avoir la moyenne à chacun des deux tests. En ce qui me concerne, c'est passé ric-rac.

 

S'ensuit un petit casting face caméscope dont on imagine que le but est de vérifier que le candidat ne se transformera pas en flaque sur le plateau. Les équipes de Fremantle vous questionnent sur votre profession, vos passe-temps. Si vous appartenez à une association ou à un club, n'hésitez pas à le mentionner, tout ça pourra être ensuite évoqué par Julien Lepers pendant l'émission. A la fin de l'entretien, ils demandent de réaliser un petit pas de danse. J'espère que ma cassette ne ressortira pas sur Dailymotion.


"On se réserve le droit de vous recontacter ou non. Votre qualification est valable un an." Ils me téléphonent fin avril, pour un enregistrement le 13 juin. Direction La Plaine Saint-Denis, la Mecque de la télé française. C'est là que sont enregistrés des programmes aussi différents que Groland, Secret Story, The Voice ou, donc, Questions pour un champion.

 

 

 

L'équipe qui me reçoit est souriante, avenante. Je retrouve des têtes aperçues dans les sélections. Les casteurs se rappellent de chacun de nos prénoms. Comme demandé, j'amène plusieurs tenues, au cas où je réussirais à participer à plusieurs émissions (ils en enregistrent six dans la même journée). On me prend ma marinière pour la repasser. Un tour à la cantine. Puis je suis maquillé, coiffé. Et c'est parti.

 

 

 

 

          

 

Enfin presque: les rayures de mes vêtements passent mal à l'image. Il faut me changer. Plus le temps de repasser un autre de mes hauts, alors on me tend un polo rose, pioché dans les stocks. On nous propose de tester les buzzers. Quelques blagues pour nous destresser. Julien Lepers se présente. L'émission commence :

 

 

La suite est visible à l'antenne. Il semble y avoir très peu de montage en post-production. Lorsqu'une prise est ratée, le magnéto est recalé au début de la séquence et l'enregistrement reprend comme si de rien n'était. Si l'émission est trop longue, ils peuvent supprimer des questions pour lesquelles aucun candidat n'a marqué de point. Ca ne change rien au cours du jeu, le téléspectateur ne s'en rend pas compte.

 

Parfois, c'est l'animateur qui se trompe. Non Julien, la pièce de Tcheckhov qui porte le nom d'un volatile ne s'intitule pas La Chouette. Mais comme personne n'avait trouvé, on coupe. Pas grave, mais ça l'agace quand même : "Oh je suis fatigué !" et il enchaîne avec une petite saillie politique sortie de nulle part, avant d'aller discuter tranquillement avec le public (les proches des candidats, quelques groupes scolaires et des retraités).

 

 

Quand Chantal fait tomber son micro, on coupe. Lorsqu'il faut changer les pupitres entre les manches, évidemment, on coupe. Et comme je répète environ 1.500 fois "Le Mouv'" dès que le présentateur m'adresse la parole, ils en couperont un peu. Mais dans l'ensemble, le résultat diffusé est assez proche de l'original. Et je me fais effectivement éliminer dans le tie-break de la 2e manche sur une histoire d'aubergine :

 

 

 

 

Saleté de fleur d'aubergine ! © DR

 

 

Pendant le magnéto qui m'annonce mes cadeaux (et que je n'entends pas avec le brouhaha du public en plateau), Julien Lepers me suggère de remercier France 3. Retour en plateau : "Augustin, voilà les cadeaux !" "Ah oui, bah merci ! Merci France3 !" Et d'ailleurs, blague à part : oui, merci France 3, puisque j'ai été bichonné et que, à en croire mes adversaires (qui ont connu d'autres tournages de jeu), "ils sont moins sympas chez Jean-Luc Reichmann". Là, j'avoue que je n'ai pas d'avis.

 

Retour en coulisses. Je signe mon bon d'abonnement à Femme Actuelle Jeux (euh... ok), je récupère ma machine pour gazéifier des boissons (soit) et les indispensables ouvrages Larousse. Je repars avec tout ça sous le bras. Une grève paralyse le réseau RER. Le trajet jusqu'à la maison s'annonce un peu long.


Par Augustin Arrivé / le 23 juillet 2013

Commentaires