Ikea, Starbucks : les marques s'écrasent devant les Saoudiens

Par Augustin Arrivé / le 08 février 2016
Ikea, Starbucks : les marques s'écrasent devant les Saoudiens
Gros bad buzz pour les grandes enseignes internationales, accusées de se plier sans scrupule aux règles religieuses des intégristes saoudiens. Pour réussir son implantation dans la monarchie, l'Américain Starbucks a refusé temporairement son entrée aux femmes dans l'une de ses boutiques.

 

En Arabie Saoudite, les femmes ont le droit de venir siroter un Frappuccino glacé sous clim' avec leur prénom mal orthographié sur le gobelet. Mais attention : il leur faut rester du bon côté du "mur de ségrégation" qui, par respect des moeurs locaux, divise la boutique en deux et évite aux amateurs de caféines dotés de testicules d'être odieusement excité par les fans de muffins à ovaires. C'est comme ça dans tous les restaurants et magasins du pays, quelle qu'en soit la marque.

A Riyad, l'une des enseignes Starbucks est bien embêtée : elle a abattu son mur. Les inspecteurs de la police religieuse s'en sont aperçus et les patrons ont accepté de s'en tenir à la loi islamique : les femmes n'étaient plus servies ici jusqu'à la fin des travaux. Une affichette postée sur la porte suggère aux éventuelles clientes d'envoyer un homme prendre la commande. Précisément ce qui fut demandé à des femmes indignées, qui ont alerté les médias. L'affaire a pris une ampleur mondiale, portée (entre autres) par le compte twitter tout neuf @manarn8 :

 

 

 

Avec ce bad buzz a ressurgi un autre scandale similaire. Il avait touché en 2012 la chaîne d'ameublement Ikea, pincé en flagrant délit de retouche photo sur son catalogue saoudien. Il ne s'agissait pas pour l'enseigne suédoise d'embellir son étagère Fluköol dernier modèle mais d'effacer les femmes photographiées au milieu de ces planches en kit.

 

Catalogues Ikea 2012 suédois et saoudien (via Next-Libération), faute réparée depuis © Ikea

 

Face au tollé suscité (jusqu'au sommet de l'Etat scandinave), le siège avait dû publier un communiqué d'excuses, parlant d'une "erreur pendant le processus de travail" et assurant que les gérants de l'antenne en Arabie Saoudite n'avait rien demandé. Le fait est que les femmes étaient réapparues dès le catalogue suivant. Tandis que les lesbiennes disparaissaient du catalogue russe !

 


Photo de couverture : Cc FlickR Elliott Brown

 

Par Augustin Arrivé / le 08 février 2016

Commentaires