"Hot Girls Wanted", le porno ado choque Sundance

Par Sébastien Sabiron / le 29 janvier 2015
"Hot Girls Wanted", le prono ado choque Sundance
Sélectionné au festival indépendant de Sundance, le documentaire "Hot Girls Wanted" dépeint l'univers florissant du porno "amateur" aux États-Unis. Ses réalisatrices ont suivi des lycéennes à peines majeures qui acceptent de tourner ces vidéos contre des promesses et quelques dollars.

"Hot girls wanted" ("Recherche filles sexy") C'est avec ce genre d'annonce cristalline que l'industrie pornographique recrute sur Craigslist, l'équivalent américain du Bon Coin. La cible ? Des lycéennes de 18 ou 19 ans qui, pour quelques billets, acceptent de tourner "une scène" ou un "casting". La rémunération dépendra de ce qu'elles accepteront de faire devant la caméra.

"teensforcash.com", un spécialiste du genre / Capture d'écran


Projeté le 24 janvier à Sundance, festival du ciné américain indépendant, Hot Girls Wanted a bouleversé l'assistance. Émaillé de scènes crues (les plus extrêmes ne laissant entendre que la bande-son), le docu présente également les chiffres impressionnants de la fréquentation des sites pornos.

Sa co-réalisatrice Jill Bauer a été stupéfaite de découvrir ces jeunes filles attendant en file indienne d'aller tourner une scène à la sortie du lycée.

C'est la loi de la jungle. Tout le monde peut tourner ce genre de film. N'importe qui peut aller sur Craigslist pour recruter une fille. Il suffit juste de prouver qu'elle a 18 ans.



Au départ, Jill Bauer et Ronna Gradus travaillaient sur la consommation de porno par les étudiants de Floride et de Californie. De fil en aiguille, leur enquête les oriente vers ces "girls next door", attirées par l'argent facile et la promesse d'une carrière dans la "porn industry". Sauf qu'au bout du chemin, il n'y a rien. Tout s'arrête après quelques mois de galipettes face caméra sur un canapé dans un coin de bureau.

Capture d'écran castingcouch.com


En général, l'expérience de ces lycéennes dans le X ne dure pas plus de six mois. L'industrie est avide de chair fraîche et les carrières sont éphémères. Pour deux raisons selon Jill Bauer.

La première, c'est soit que les parents le découvrent, soit qu'elles ont un nouveau petit ami. La seconde, c'est l'affaire de l'industrie: les filles ne doivent pas rester longtemps sur le marché, car les gens demandent de nouveaux visages.



Même si on se doute que le visage de ces lycéennes un peu trop candides n'est pas le seul argument de vente des producteurs de porno ado....

 


 

Par Sébastien Sabiron / le 29 janvier 2015

Commentaires