"Hostile Hip-Hop" : 20 ans après...

Par Genono / le 04 avril 2016
"Hostile Hip-Hop" : 20 ans après
La compilation "Hostile Hip-Hop", qui a notamment poussé Lunatic et Ärsenik sous les projecteurs fête ses 20 ans en 2016. Retour sur ce disque considéré comme un tournant majeur dans l'histoire du rap français.

Jusqu’au milieu des années 90, le rap en France est un genre très limité, et seuls quelques élus trouvent la possibilité d’enregistrer et sortir des disques. Les succès commerciaux de la toute première génération de rappeurs guidée par Solaar, IAM et NTM, ouvrent la voie à une seconde vague, avec en tête l’écurie Time Bomb et le Ministère Amer, mais aussi une multitude d’artistes oubliés, qui ont entrevu le succès avant de retomber dans l’anonymat complet. Symbole des prémices de ce qu’on appellera quelques années plus tard « l’âge d’or du rap français », la compilation Hostile Hip-Hop  –qui fête cette année ses vingt ans- a marqué durablement tout auditeur s’étant intéressé au hip-hop de suffisamment près à l’époque.

Avec deux décennies de recul, le casting de la compilation pourrait apparaitre comme la parfaite analogie musicale du célèbre « Zidane y Pavones » qui a caractérisé le Real Madrid des Galactiques pendant les années 2000 : des superstars d’un côté (Lunatic, Ärsenik) et des artistes prometteurs mais rapidement tombés dans l’oubli (Polo, Les Rongeurs). Détrompez-vous ! A l’époque où le projet dirigé par Benjamin Chulvanij (aujourd'hui patron de Def Jam France) épaulé par Marie-Lorette Guérin débarque dans les bacs,   Polo est bien plus côté que Lunatic. Membre de l’entourage proche du Suprême NTM et d’Assassin, il est alors considéré comme l’un des grands espoirs du rap français. Lunatic, de son côté, n’a à son actif qu’une mixtape mixée par Cut Killer. Sortie quelques mois après une compilation rock du même nom, Hostile Hip-Hop est, au moment de sa mise en bacs, une compilation qui, plutôt que d’aller chercher des têtes d’affiche déjà en place, préfère mettre en avant des MVP potentiels. Pour être clair, la tracklist d’un Hostile 2016 se ferait avec Ninho, Nusky et Hamza plutôt qu’avec Kaaris, Lacrim et PNL.

 

 

Fêter la naissance d’Hostile Hip-Hop, et par la même occasion la naissance médiatique d’artistes que l’on continue d’écouter aujourd’hui, permet de rappeler que les véritables précurseurs ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Les destins divergents des différents artistes présents sur cette compilation sont la démonstration des principes d’incertitude qui régissent une carrière musicale. Qu’est ce qui explique que Lino et Booba continuent à vendre des disques et à rester crédibles artistiquement, alors que Boss Raw et Sté Strausz ont disparu de la carte ?

 

Ceux pour qui Hostile a été tremplin pour construire une carrière durable 

Plus d’un million d’albums vendus, une marque de vêtements, une radio, bientôt une TV… Rappeler le parcours et les réussites de Booba aujourd’hui serait presque indécent. L’évolution d’Ali est bien évidemment très différente, et même si son succès est plus critique que populaire, on ne peut que reconnaitre la qualité du travail effectué, et la cohérence du chemin emprunté. A l’époque d’Hostile Hip-Hop, les deux compères ne sont pourtant rien d’autre que deux galériens comme il en existe des dizaines de miliers en France. Le Crime Paie est leur premier gros titre. Il leur ouvre une voie royale, créant une aura presque mystique autour du groupe, et décuplant l’attente autour de leur premier album, Mauvais Œil, qui verra le jour quatre ans plus tard. En 2016, Le Crime Paie est toujours considéré comme l’un des tous meilleurs morceaux de l’histoire du rap français.

 

Le cas d’Ärsenik présente de nombreuses similitudes avec celui de Lunatic. L’enfer remonte à la surface est en effet son premier "gros" morceau (après Balltrap en 1995, passé complètement inaperçu). Première piste de la compilation Hostile Hip-Hop, le titre marque durablement les esprits, et tout comme Le Crime Paie, on continue de le considérer comme un titre inégalable, vingt ans après sa sortie. La différence avec Lunatic se fait dans l’approche stratégique : là où Booba et Ali se voient claquer la porte au nez par les maisons de disques, et sont forcés de patienter quatre ans pour mettre au monde leur album, Calbo et Lino signeront directement chez Hostile/Delabel (via Secteur Ä) dès 1996, et raflent un double-disque d’or dès 1999 ( (200.000 albums à l'époque).

En fait, au moment de la sortie d’Hostile Hip-Hop, seul Doc Gynéco est déjà une star de la chanson. Son album Première Consultation est déjà dans les bacs depuis quelques mois, et ses clips tournent déjà sur Canal + et M6. Cependant, il n’est pas crédité en tant que « Doc Gynéco » sur la tracklist de la compilation, mais en tant que simple membre de La Clinique, ce groupe dont il fait partie de manière très éphémère –en prenant tout de même le temps de poser un couplet monstreux sur Tout Saigne. Gynéco surfera quelques années sur la vague du succès, tandis que son comparse sur ce titre, Papillon Bandana, continuera son parcours en écumant l’underground français avec différentes formations musicales : La Clinique –avec qui il atteint quelques sommets en 1999-, Les Sales Gosses –son premier groupe-, ou encore Les Sales Blancs.

 

Ceux qui n’ont pas eu besoin d’Hostile Hip-Hop pour exister, mais qui n’ont pas explosé pour autant

On pourrait également citer les X-Men parmi les groupes ayant su surfer sur le succès d’Hostile Hip-Hop, mais la carrière du groupe est sujette à débats. Alors que Pendez-Les, Bandez-Les, Descendez-Les ! vient concrétiser les premiers espoirs placés dans le groupe depuis le début de l’épopée Time Bomb –avant que Retour aux Pyramides, l’année suivante, ne finisse de consacrer Ill et Cassidy. Pourtant, à partir du début des années 2000, le duo entame une longue traversée du désert, entre projets solo boîteux et annonces d’un retour sans cesse repoussé. L’EP Modus Operandi, sorti en 2015, a bien contenté quelques fans de la première heure, mais étant donnée l’aura dont jouissait le groupe en 1996, il est difficile de ne pas considérer qu’il est passé à côté d’une carrière fabuleuse.

 

Le même type de constat est applicable au groupe 2Bal Niggets, déjà auteur en 1996 d’un album en collaboration avec les 2 Neg, 3 fois plus efficaceconsidéré encore aujourd’hui comme un classique. Cent-mille exemplaires vendus, une tournée gigantesque, puis le Bisso na Bisso, un nouvel album en préparation et … le drame :  Doc TMC est condamné à quinze ans de prison pour une sombre histoire de cambriolage avec séquestration et violences. Libéré en 2006, il retrouve son frangin G-Kill, et le groupe tente de relancer la machine… sans retrouver le succès de ses débuts.

De la même manière que les X-Men, Sté Strausz a déjà une petite notoriété au moment où Hostile fait appel à elle pour venir poser Plus D'Idéal sur une prod de Sulee B.Wax. Sans être une star de la chanson française, elle a déjà sorti un EP, Sté Real, et a participé à la Bande Originale du film La Haine en 1995. Hostile n’a donc pas un impact incroyable sur la suite de sa carrière, qui la voit enchaîner sur un album de bonne facture en 1998, Ma Génération, avant de s'effacer peu à peu –un maxi en 2002, un album en 2005- et de prendre volontairement ses distances avec le rap. Jamais complètement divorcée du game, elle se fait écrivaine en 2010 –abordant le sujet des filles du rap-, avant d’annoncer la possible sortie d’un nouvel album solo en 2013 …

 

Ceux qui ont complètement disparu après le succès d’Hostile Hip-Hop

Arsenik, Lunatic, Gynéco … Hostile Hip-Hop a  mis en avant des talents qui ont su se servir de la compilation comme d’un tremplin vers les disques d’or et la reconnaissance artistique. A côté d’eux d’autres artistes pas forcément moins talentueux n’ont pas eu le bonheur d’embrayer sur un succès durable. Le cas le plus représentatif de cette situation est probablement Polo : le genre de mec qui a marqué une génération entière avec seulement quelques titres à son répertoire, et dont on ne trouve aujourd'hui quasiment aucune trace sur internet. "Click click, je n'ai plus de balles, j'ai vidé mon chargeur je me sens mal" … pour tout fanatique de hip-hop au milieu des années 90, ces quelques mots issus du refrain de Panne Sèche font l’effet d’une madeleine de Proust. Et peu d’entre eux savent à côté de quelle carrière est passé son auteur … Il y a tout juste vingt ans, Polo était ainsi à deux doigts de devenir la jonction entre deux des plus grands groupes de rap de l'époque : Assassin et le Suprême NTM. Embarqué dans un projet de groupe à trois avec Joeystarr et Solo, l'aventure n'aboutit malheureusement pas : hormis quelques freestyles en radio, le supergroupe Blacktagga n'a jamais eu d'existence officielle. On retrouve Polo l'année suivante sur une autre grosse compilation, L432, en featuring avec Casey et Ekoué, puis sur une obscure mixtape de DJ P-Pet, Mortal Combat Vol.1 … Ce sera tout.

D’une manière différente, Hostile Hip-Hop a été la première et la dernière apparition de Da Maad Fungusth –un blaze classieux- en solo. Avant cette compilation, il avait participé à quelques titres du collectif vitriot Mafia Underground –tout comme Sté Strausz, ou Idéal J. Après Les Spots Bleus, Da Maad Fungusth met de côté son blaze classieux pour devenir John Gali. Changement de nom, longue attente avant de refaire parler de lui … Da Maad ne capitalise pas sur le succès d’Hostile Hip-Hop Vol.1, et passe les dix années suivantes à enchainer des apparitions éparses, entre compilations, BO et featurings (notamment avec Diams). Malgré un premier album solo de qualité en 2006, Le Jour G. John Gali ne perce jamais vraiment. Soutenu par Rohff, il continue tout de même son bonhomme de chemin dans l’underground français : toujours en activité, on le retrouve de temps à autre le temps d’un freestyle ou d’un inédit.

Autre groupe à n’avoir pas su capitaliser le succès d’Hostile Hip-Hop, Les Rongeurs ont rapidement disparu des radars. Personne ne sait ce qu’il s’est passé dans leur tête au moment de choisir le nom de leur groupe, mais individuellement, les trois membres des Rongeurs avaient clairement les blazes les plus classieux du game : Shoazer Sösé, Sokrate Vincenzo et Marginal Sosä. Venus du quartier de Porte de la Chapelle, ils enchainent bien quelques compilations jusqu’au début des années 2000, mais restent très peu médiatisés, et malgré le soutien de Stomy Bugsy, ils ne parviennent pas à passer à l’étape supérieure.  Seul Marginal Sosä poursuit tout au long de la décennie suivante, avec, en point d’orgue un Street-album en 2005 appelé L’Elu.

Tout comme Les Rongeurs, le groupe Aktivist n’a encore sorti aucun album à l’époque où Hostile Hip-Hop parait dans les bacs. Le titre Cauchemar -solo du leader, Kader- sert d’amuse-bouche avant les choses sérieuses, et le trio sort deux albums en 1998 (Stereotape) et 2000 (Toujours Aktif). Malgré quelques featurings marquants avec Driver, Rockin Squat ou J-Mi Sissoko, et surtout un succès critique certain, le groupe reste plutôt confidentiel, et finit par se séparer. L’aventure se termine tragiquement, avec le décès de Siarra. Kader et Kony continuent la musique en solo jusqu’au milieu des années 2000, et restent actifs en tant que graffiti-artists jusqu’à aujourd’hui.

Superstars, artistes confirmés ou illustres inconnus, les rappeurs ayant participé à cette compilation ont connu des destins variés. Parmi eux, le cas de Teemour est le plus particulier. Après tout, c’est une suite logique étant donné qu’en 1996, il était déjà le rappeur qui dénotait le plus au sein de la compilation Hostile. Après deux albums en 1999 et 2004 –le premier purement rap, et l’autre plus ouvert- sans jamais connaitre le succès,  il se tourne depuis quelques années vers d’autres genres musicaux. Fils de Djibril Diop Mambéty, légende du cinéma sénégalais, il se consacre aujourd’hui à sa nouvelle carrière d’acteur.

 

Ceux qui ont suivi

Après ce premier gros coup, Hostile Hip-Hop a accueilli des petites sœurs à l’impact moindre. Hostile Hip Hop 2 en 1998 (avec tout de même Indépendance Daye de Hamed Daye et Il pleut sur Ma Ville de Less du Neuf) ou Hostile 2000 – Dans La Cour Des Grands, sorti en deux parties. Hostile 2006 proposait en revanche un casting beaucoup plus solide (moins porté sur la découverte) avec Despo’ Rutti (Arrêtez), Soprano (Moi j’ai pas), Salif (Fais c’que t’as à faire), Sefyu, Youssoupha, Keny Arkana, Medine, Nessbeal, Mac Tyer…  Dans le même temps Hostile est surtout devenu un label hip-hop, filiale du groupe Virgin/EMI puis Warner Music.  Outre Ärsenik, il a abrité Rohff, Diam’s, Soprano, Youssoupha ou encore Seth Gueko parmi d’autres.

20 ans plus tard,  le rap français révèle encore les stigmates d’Hostile Hip-Hop, malgré les destinées opposées – du drame au triomphe- de son casting originel.

 


 

Photo : MarOne

Par Genono / le 04 avril 2016

Commentaires