"Homicide", l'enquête documentaire à l'origine de la série "The Wire"

Par Augustin Arrivé / le 10 juin 2016
"Homicide", l'enquête documentaire à l'origine de la série "The Wire"
Avant de connaître un succès mondial avec "The Wire" ("Sur écoute"), le scénariste David Simon était journaliste. Il avait suivi la crim' de Baltimore pendant un an. Son enquête est aujourd'hui adaptée en BD. Effarant.

 

Très, très, très nombreux sont les fans de The Wire, série culte de HBO signée David Simon (showrunner, ensuite, de l'exceptionnel Treme, sur la reconstruction de la Nouvelle Orléans après l'ouragan Katrina). Beaucoup plus rares sont ceux qui connaissent l'existence d'Homicide. Sans ce livre, paru aux Etats-Unis en 1991, il n'y aurait pourtant jamais eu Sur Ecoute. Homicide, c'est le reportage que David Simon livra au Baltimore Sun City Desk, quotidien du Maryland, et qui lui inspira la série TV.

Homicide, c'est une année entière passée au contact de la brigade de la police criminelle de cette ville ravagée par les gangs et le trafic. Un livre immédiatement adapté à l'écran par la BBC (Homicide : Life on the Street, diffusé de 1998 à 2001). Un livre qu'a dévoré le dessinateur Philippe Squarzoni :

A chaque scène, je me disais que ça pouvait parfaitement se raconter en BD. C'est un bouquin remarquable à la fois dans son contenu (une autre vision du travail de la police) et dans son style (un plaisir à chaque page). J'ai pensé qu'en l'adaptant je me ferais plaisir pendant plusieurs années.

Extrait de "Homicide, tome 1", de Philippe Squarzoni et David Simon © Delcourt, 2016

 

L'auteur de l'excellent Dol (sur la politique des années Raffarin) profite du passage de David Simon en France pour la sortie de la version française du livre en 2012 pour aborder le maître et lui demander les droits d'adaptation. Leur collaboration se poursuivra au fur et à mesure du projet. "Je l'ai utilisé comme conseiller technique pour avoir des détails : est-ce que les flics fumaient au commissariat, est-ce qu'ils ont leur pistolet à la ceinture quand il tape à la machine, etc. Et il a répondu bien volontiers."

 

Extrait de "Homicide, tome 1", de Philippe Squarzoni et David Simon © Delcourt, 2016

 

Ceux qui n'ont jamais vu The Wire, ni lu Homicide, découvriront dans ce premier volume au dessin splendide l'atmosphère de ce Baltimore de la fin des années 1980. Une ville misérable, peuplée de pauvres malfrats bien loin des caricatures de gangsta vaniteux qu'en font certains rapeurs actuels. Nous sommes plus proches d'un essai sociologique que d'un polar à suspense :

On n'a pas affaire à des génies du crime. Ce sont des dealers qui vont se tuer un soir au coin d'une rue pour un regard de travers. Ce ne sont pas des meurtres très intéressants, mais ce qui est surprenant, c'est qu'il y en ait 240 par an. Ca traduit le rapport de l'Amérique à sa violence.

Extrait de "Homicide, tome 1", de Philippe Squarzoni et David Simon © Delcourt, 2016

 

L'album montre aussi la lassitude des policiers, pour qui ces homicides deviennent des faits divers lambda, et qui ne se sentent plus valorisés pour leur boulot. On ne ressort pas de cette lecture très jouasse, mais le sous-titre original du bouquin était "Une année dans les rues assassines" alors il ne fallait pas s'attendre aux aventures de Oui Oui. Cette plongée dans ce Baltimore disparu est passionnante. On attend le tome 2 poings serrés, en scrutant nos arrières.

 


 

Illustration de couverture : extrait de Homicide, tome 1, de Philippe Squarzoni et David Simon © Delcourt, 2016

Toute l'actu de la BD sur Mouv', c'est en cliquant ici !

 

Par Augustin Arrivé / le 10 juin 2016

Commentaires