Hello Barbie, la poupée qui espionne les enfants

Par Valentine Letesse / le 25 février 2015
Hello Barbie, la poupée qui espionne les enfants
Mattel lance son nouveau jouet connecté: Hello Barbie. Mais derrière sa traditionnelle image de Bimbo, se cache une espionne en ballerines grâce à un micro et à une connexion Wifi. La polémique est lancée.

Elle s'appelle Hello Barbie. Ce n'est encore qu'un prototype, mais elle a déjà créé la polémique, parce qu'elle est capable de parler aux enfants, d'apprendre leurs goûts, de mémoriser leur voix... et de transmettre le tout à la base de données de Mattel.

Une sorte d'espion dans un corps de poupée pour l'industrie du jouet, bien planqué sous le lit des enfants. L'hebdomadaire allemand Stern l'a déjà baptisée Barbie Stasi, référence au service de police de renseignements et d'espionnage de la  RDA (République Démocratique Allemande) de 1950.

 

Hello Barbie, la poupée dangereusement intelligente

La Barbie de Mattel est en fait dotée d'un logiciel de reconnaissance vocale et d'une connexion Wifi. Quand on lui parle, la poupée capte les sons, les enregistre et transmet le tout au serveur. Cette technologie est appelée ToyTalk. Elle servirait à répondre correctement quand on lui pose une question d'après Mattel. La Barbie serait même capable de se souvenir de ce que l'on aime, si on lui raconte. Ou si elle nous pose la question.

Démonstration en vidéo lors de sa présentation à New-York :

 

"Quelle est ta nourriture préférée ?"  demande Barbie à l'animatrice du stand. Une question innocente de prime abord. Mais qui peut valoir de l'or entre les mains des industriels.

Effrayant de penser que cette inquisitrice blonde puisse se retrouver entre les mains de bambins inconscients. La célèbre poupée aux yeux bleus est devenue très intelligente, et ça fait peur. Difficile d'imaginer, à l'heure où Barbie est de plus en plus boudée par les parents pour des jouets moins strass et paillettes, qu'Hello Barbie fasse un carton. Pourtant Mattel mise sur ce jouet connecté dernière génération. Il sera commercialisé aux États-Unis avant la fin de l'année.

Un film d'horreur pour se faire peur, où la fiction devient réalité.

 


Crédit Photo : Capture Youtube

 

Par Valentine Letesse / le 25 février 2015

Commentaires