Gran Turismo vrombit sur grand écran

Par Augustin Arrivé / le 26 juillet 2013
Gran Turismo vrombit sur grand écran
L'un des plus célèbres jeux de bagnoles sur console arrive au cinéma. Une adaptation de "Gran Turismo" est en projet, avec le producteur de "The Social Network" aux manettes. Les jeux vidéo sur grand écran, ce n'est pas souvent du grand art.

 

On en était déjà au sixième opus sur console. Gran Turismo, c'est la Rolls des simulateurs de course, la madeleine de Proust chromée des gamers nineties. Depuis la première Playstation en 1997 jusqu'à GT6, toujours en développement pour la PS3 mais dont une première démo vient d'être mise en ligne :

 

Première vidéo de Gran Turismo 6 pour PS3 © Sony Playstation

 

La saga se vend si bien que les patrons de Sony, plutôt que de s'offrir de nouvelles jantes en or, préfèrent lancer leur bolide dans les salles obscures. Dana Brunetti et Michael de Luca, deux des producteurs de The Social Network ont lancé un projet d'adaptation ciné. C'est le site américain The Wrap qui l'annonce, et nous on écarquille les yeux, façon lapins pris dans des phares.

 

On leur laisse volontiers une chance, aux businessmen de Sony, mais honnêtement, ça sent un énième ersatz de Fast and Furious, lui-même sous-produit de 60 secondes chrono, avec gros bras orgueuilleux et minettes en pâmoison. Et puis, les jeux vidéos et le cinéma ont rarement fait bon ménage.

 

Prenez Doom, le FPS originel qui a édicté les codes du genre : des gros flingues, des vilaines bestioles et des portes à ouvrir. Ca défoule, mais niveau storytelling, ça ne va pas chercher loin. Quand Andrzej Bartkowiak s'est risqué à le transposer sur pellicule, qui mieux que Dwayne Johnson pouvait incarner la subtilité psychologique du héros ?

 

 

 

Au moins, les jeux de baston ont le mérite d'être facilement adaptables en films de kung-fu. Les deux genres ont ceci de commun qu'ils ne s'embarassent d'aucune psychologie. Le joueur et le spectateur ne leur demandent qu'une chose : de belles actions, spectaculaires, avec si-possible quelques Chinois. Mortal Kombat, de Paul Anderson, est ainsi devenu culte. Merci Christophe Lambert.

 

 

Et tant qu'on y est, pourquoi pas un casse-brique adapté en film ? Ah ben oui, ce serait un pitch d'enfer ! Le groupe Warialasky s'est amusé à imaginer la bande annonce. On espère que ça n'ira pas plus loin :

 

 

On pourrait penser les jeux de plate forme mieux bâtis pour le grand écran. Dans un jeu de plate forme, il y a un cheminement, un objectif, des personnages qui communiquent les uns avec les autres. Bref, il y a un scénario. Et pourtant... Avez-vous vu Super Mario Bros ?

 

 

Dennis Hopper n'a pas joué que dans Easy Rider, il était aussi Koopa, le méchant de Super Mario Bros. Alors je sais bien : je suis de mauvaise foi, je pourrais très bien citer des films convenables. Par exemple Prince of Persia, avec Jake Gyllenhal dans le rôle-titre, mais sans les petites fioles de potions et les pieux mortels de mon enfance.

 

 

Oui je pourrais évoquer Tomb Raider, avec Angie Joly, ou l'animation en motion capture Final Fantasy, les créatures de l'esprit, des utilisations de licences très correctes. Mais c'est beaucoup plus amusant de vous ressortir les vraies bouses du genre. Un dernier exemple ? Dead or Alive, de Corey Yuen, teneur garantie en énormes clichés sexistes :

 

 

Gran Turismo devra démarrer sur les chapeaux de roue s'il veut encore nous surprendre, et ne pas hésiter à s'arrêter longtemps au stand des scénaristes. D'autant qu'un concurrent est déjà sur la ligne de départ : Need for Speed, autre jeu de course culte, en cours d'adaptation par Dreamworks, avec en guise de héros Aaron Paul (le Jesse Pinkman de Breaking Bad).

 

Par Augustin Arrivé / le 26 juillet 2013

Commentaires