Google fraude, le fisc rôde

Par Augustin Arrivé / le 05 février 2014
Google fraude, le fisc rôde
Le gouvernement ne se laissera pas faire. Pas de pitié pour les géants du net, Bercy compte bien se faire rembourser le milliard d'euros siphonné par Google sur ses dernières déclarations fiscales. Arnaud Montebourg menace d'interdire le site en Europe.

 

Cliquez ci-dessous pour plus d'explications :

 

Ce n'est pas parce qu'on est un poumon économique majeur, générateur d'emplois et au sommet dans son domaine d'activités qu'on n'a pas à respecter la loi. En s'attaquant à Google, le gouvernement français rejoue David contre Goliath, et offre à François Hollande un sujet de discussion sulfureux pour le déjeuner qu'il partagera la semaine prochaine à San Francisco avec les patrons des principaux acteurs du net.

 

 

D'après lepoint.fr, le fisc réclame ainsi un milliard d'euros à Google. Un milliard d'euros. Comme un 1 avec neuf 0 derrière. Cash. Parce que l'entreprise fraude depuis des années. "Toutes les grandes sociétés de high-tech sont soupçonnées d'évasion fiscale", explique Christian Chavagneux, le rédacteur en chef adjoint du mensuel Alternatives Economiques. "Elles localisent dans un paradis fiscal une filiale à qui elles achètent le droit d'utiliser la marque Google ou la marque Facebook." Ca permet de réaliser un transfert d'argent d'un compte français vers un compte étranger et de payer moins d'impôts en France. Même si les deux comptes appartiennent aux mêmes personnes.

 

Info confirmée par la ministre Fleur Pellerin qui estime qu'il n'y a là "rien de nouveau" /Cc FlickR LeWeb13

 

La somme semble astronomique, elle ne l'est pas tant que ça selon Gabriel Zucman, chercheur en économie à l'université californienne de Berkeley : "Ce milliard porte sur plusieurs années d'exercice alors que les pertes pour le trésor public sont de quinze milliards par an." Lui propose une taxation mondiale qui empêcherait toute évasion. Une suggestion qui sera certainement très difficile à concrétiser.

Et pendant ce temps, le gouvernement attaque Google sur un autre front. D'après Europe1, Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, exigerait que l'entreprise rapatrie en France l'ensemble des informations collectées sur les internautes français. Cette fois, il s'agit d'éviter que les agences de renseignement américaines s'en emparent.

La motivation est louable, mais le raisonnement paraît caduque. D'une part, parce que l'efficacité d'un tel rapatriement semble limité (si la NSA veut fouiller les serveurs de Google en France, on doute qu'elle n'en soit pas capable, et d'autre part car la menace brandie par le ministre est totalement invraisemblable : Arnaud Montebourg suggèrerait de faire interdire Google en Europe si l'entreprise ne se plie pas à ses demandes.

 

L'enseigne de l'antenne de Google à Pékin /Cc FlickR Cory M. Grenier

 

Même la Chine n'a pas réussi à se débarasser du géant du net. La demande des internautes pour ses services est trop forte, les ramifications de la société sont trop nombreuses. Mais bon, ça ne coûte rien de rêver. Après tout, le FBI avait bien fermé Megaupload...

 

Le mois dernier, c'est la CNIL qui, déjà, s'en prenait à Google. 150.000€ d'amende. On en avait parlé par ici.

Arnaud Montebourg avait déjà manifesté un certain patriotisme numérique en s'opposant au rachat de Dailymotion par Yahoo

Tous nos articles sur le brontausaure de Mountain View sont dispos en cliquant .


Photo de couverture : Cc FlickR Robert Scoble

Par Augustin Arrivé / le 05 février 2014

Commentaires