Game over pour Monsieur Nintendo

/ le 19 septembre 2013
Game over pour Monsieur Nintendo
Sans lui, Street Fighter II ne serait peut-être qu'un jeu de plateau. Hiroshi Yamauchi est mort aujourd'hui à Kyoto. Papa de la NES et de la Game Boy, il a dirigé Nintendo d'une main de fer pendant plus d'un demi siècle.


Vous vous souvenez de Duck Hunt sur NES ? Ces longues heures passées devant la télé, à tuer des canards avec un pistolet en plastique ? En 1977, huit ans avant le jeu vidéo, Nintendo avait déjà sorti Duck Hunt, en version électronique. Un tir aux canards devenu collector grâce à son projecteur révolutionnaire.

A gauche : version classique / A droite : version vidéoludique


 

 

 

Cette capacité à innover illustre le virage pris par Nintendo sous l'ère Hiroshi Yamauchi. Selon la presse japonaise, l'emblématique président de la firme de Kyoto a succombé à une pneumonie à l'âge de 85 ans.

Il était l'arrière-petit-fils de Fusajiro Yamauchi, le fondateur de Nintendo.


 

Une sorte de Steve Jobs japonais selon Florent Gorge, historien du jeu vidéo, interrogé par Claire Chaudière :


Lorsque Hiroshi prend les rênes de l'entreprise familiale en 1949, Nintendo produit encore des Hanafuda (photo ci dessous) un jeu de cartes totalement inconnu en occident. Propulsé président de la société à 21 ans, il commence par virer plein de monde, puis se diversifie : Nintendo se lance dans le riz à cuisson rapide et ouvre des "love hotels", ceux que l'on réserve rarement pour dormir.

Hanafuda by Nintendo, ne comptez pas sur nous pour vous expliquer les règles

 
En 1975, Hiroshi pressent le potentiel des jeux électroniques. Il s'associe avec Mitsubishi pour produire la Color TV-Game 6, première console de jeux estampillée Nintendo.

Six jeux préinstallés, dont une variante de Pong, pompée chez Atari

 
La même année, il recrute à contre-cœur le fils d'un ami, qui lui force un peu la main. Le jeune designer de 25 ans s'appelle Shigeru Miyamoto. En trois mois, il créée Donkey Kong sur borne d'arcade, carton planétaire immédiat qui propulse Nintendo vers les sommets.


Donkey Kong se décline ensuite en "game and watch" (jeu électronique de poche), mais c'est avec les consoles de salon que Nintendo assied son hégémonie. Tout cela grâce à un gorille, des canards, et un plombier italien à moustache.

Mario à travers les âges

 
Hiroshi Yamauchi sera l'homme de la NES (qui vient de fêter ses trente ans), de la Game Boy, puis de la Super Nintendo en 1990. Classé deuxième fortune du Japon par le magazine Forbes, le milliardaire avait rendu son tablier en 2002, après le relatif échec de la Nintendo Cube.


Suivez Sébastien Sabiron sur Twitter : (@sebsabiron)

/ le 19 septembre 2013

Commentaires