Formation : du nouveau pour les non diplômés et les chômeurs

Par Nicolas Margerand / le 02 janvier 2015
Formation : du nouveau pour les non diplômés et les chômeurs
Une formation pour les salariés moins diplômés et les chômeurs de plus de 16 ans: c'est l’esprit du compte personnel de formation (CPF) qui rentre en vigueur le 5 janvier 2015.

Le dispositif s’adresse aussi bien aux jeunes ayant quitté l’école sans diplôme, qu’à ceux disposant du Brevet ou du certificat de formation général sans oublier les chômeurs ou les salariés souhaitant changer d’emploi. Il peut être effectué en alternance, sous statut scolaire ou en étant stagiaire d’une formation continue.

La mesure s’inscrit dans la continuité du droit individuel à la formation (DIF) mais propose une formation plus longue: 150 heures de cours cumulables sur sept ans et demi (contre 120 heures sur 6 ans pour son prédécesseur). Le bénéficiaire de ce dispositif aura droit à 24 heures annuelles les cinq premières années puis 12 heures les années restantes, dans la limite des 150 dispensées.

Deux autres changements majeurs de ce dispositif:

- Le salarié pourra utiliser son compte personnel de formation sans avoir besoin de l’accord de son employeur... à condition de suivre cette formation en dehors de ses heures de travail.

- Ce nouveau dispositif ne disparaît pas au bout de deux ans d’inactivité ou en cas de changement d’emploi comme son prédécesseur.

Les heures non utilisées récupérables

Concernant les heures non utilisées, elles seront créditées dès le mois de janvier et s’ajouteront au plafond des 150 heures. Chaque salarié recevra donc un récapitulatif de ses heures acquises et non consommées dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF). Il pourra ensuite transférer ce décompte sur la plateforme en ligne mise en place par le gouvernement. Il aura six ans pour les consommer avant qu’elles ne soient définitivement perdues.

Les formations proposées sont basées sur des sessions qualifiantes ou basiques (lecture, écriture, calcul) adaptées aux salariés ou aux chômeurs.

"Le conseil m'a donné l'autorisation de te former. Tu seras un Jedi, je t'en fais la promesse."

 

Un dispositif contesté

Mais si l’esprit du dispositif est louable, il semble qu’en pratique il ne propose pas forcément un catalogue très adapté pour les jeunes n’ayant pas le bac.

En effet, selon Marc Feracci, membre du centre de recherche en économie cité par le Parisien, près de 80% des formations proposées dès janvier démarrent… à bac + 3. Le ministère du travail a par ailleurs indiqué que cette liste sera complétée au printemps.

De même, le nouveau système n’est pas forcément avantageux pour les chômeurs puisque pour avoir des heures de formation, il leur faudra trouver un travail. Un paradoxe alors que c’est justement par la formation qu’ils pourront retrouver un travail. Des négociations auront lieu fin janvier avec notamment une proposition du Medef d’accorder un crédit de cent heures aux chômeurs qui ont un projet de formation.

 

Par Nicolas Margerand / le 02 janvier 2015

Commentaires