FKA Twigs, la compagne de Robert Pattinson, harcelée sur Twitter

Par Marie Moglia / le 30 septembre 2014
FKA Twings, harcelée et victime de racisme sur Twitter
Tahliah Barnett, artiste connu sous le nom d'FKA Twigs et actuelle compagne de Robert Pattinson, est victime d'un déferlement de haine sur Twitter. Notamment par les fans de la série Twilight.

Le culte de la saga Twilight semble ne plus avoir de limites. Si bien que le comportement obsessionnel de certains fans devient inquiétant: Tahliah Barnett (alias FKA Twigs), la petite amie de Robert Pattinson (interprète du vampire Edward, protagoniste de la saga) est depuis quelques jours la cible de groupies qui n'approuvent pas la relation entre les deux artistes.

Compositrice, interprète, danseuse et productrice, FKA Twigs est une étoile montante qui fait de l'émancipation et de la sexualité les thèmes fétiches de ses chansons. Elle est aussi métisse.

Ce qui a déclenché sur Twitter une flopée de commentaires racistes, en plus de l'ire hystérique des fans s'insurgeant qu'elle ait remplacé Kristen Stewart, ex-compagne de Pattinson à l'écran comme à la ville. FKA Twigs a été, à plusieurs reprises, insultée et traitée de "singe".

 

 

 

 

 

Face à ces agressions, la chanteuse a répondu sur le réseau le 28 septembre dernier:

Je suis vraiment choquée et dégoutée par le racisme qui a infecté mon compte la semaine passée.


 

 

 

Le racisme est inacceptable dans le monde réel et il l'est tout autant en ligne.


 

 

Son label, Young Turks, est également intervenu:

Les insultes racistes dont FKA Twigs fait l'objet sur son réseau social sont méprisables et tristement archaïques.


 

 

 

Dans une interview accordée à Dazed et publiée il y a trois mois, Tahliah Barnett s'exprimait justement avec beaucoup de sincérité sur le racisme auquel elle a été confrontée au cours de sa vie:

Pendant une moitié de ma vie, j'ai croisé des gens qui me regardaient soit parce qu'ils trouvaient que j'avais une drôle d'allure ou parce qu'ils me trouvaient laide. Dans l'autre moitié de ma vie, les gens m'ont regardé parce qu'ils me trouvaient fascinante.


 

Le racisme dont Tahliah Barnett est victime démontre que le harcèlement est un mal dont Twitter ne s'est toujours pas guéri, malgré des mesures de protection lancées en juillet 2013.

 


 

(via Daily Dot)

 

Par Marie Moglia / le 30 septembre 2014

Commentaires