Faut-il (savoir) la boucler pour mettre en valeur sa/son partenaire ?

Par Giulia Foïs / le 17 novembre 2014
Faut-il (savoir) la boucler pour mettre en valeur sa/son partenaire ?
Il faut. Tout tenter, tout goûter, si possible adorer, mais quoiqu'il arrive, le clamer. Rentrer dans le cadre, à tout prix. Celui d'une intimité qui se vit toujours à coup d'injonctions. Alors allons-y! Prenons-les, ces "il faut", attrapons-les, retournons-les... En autant de "faut-il"?

Si on m’avait dit qu’un jour, vous me couperiez la chique… C’est fait. Merci Romain.

https://soundcloud.com/lemouv/message-romain-faut-il

 

Arf…

Cher Romain,

J’avoue, je n’en sais rien. J’en suis désolée. La vérité, c’est qu’au fond, personne n’en sait plus trop rien. Et qu’aujourd’hui, tout le monde cherche la réponse à cette question qui est la vôtre, ainsi qu’aux dizaines d’autres qu’elle déclenche dès qu’on met ces trois éléments en présence: moi, l’autre, le couple.

A moins que ce ne soit « le couple, l’autre, et moi »? Ou alors « l’autre, le couple, et moi? ».  Ou alors « le couple, moi, l’autre ? » Pfff… Vous voyez, Romain, c’est sans fin…

L’âge du « toi, femme, caverne » est révolu : il était certes notoirement injuste, mille fois moins intéressant… Mais il avait le mérite d’être simple comme une chanson de Grégoire, et de laisser nos cerveaux au repos.

Aujourd’hui, hommes et femmes étant considérés non comme identiques, mais comme strictement équivalents, ils se partagent à la fois l’espace, les rôles, les tâches, et le temps de parole – en théorie tout du moins. Avec le risque, donc, ET de se couper la parole, ET de se marcher sur les pieds.

A moins de réinventer, au sein du « territoire couple », une zone pour chacun, ou un temps pour chacun. Subtil dosage, à recréer chaque fois, au gré des situations, suivant les moments de la relation et en fonction de chaque individu… Bref, c’est du boulot.

Un jour, promis, je vous livrerai mon tableau excel du « qui fait quoi dans cette taule ? » - à mon avis, au 22ème siècle, quand le couple sera enfin réinventé par tous. En attendant, de vous à moi, Romain, voici quelques suggestions en cas de besoin. 

Votre amoureuse/compagne/moitié parle trop ? Faites simple: clouez lui le bec devant la presse.

 

Elle chante trop fort ? Souffletez-la - avec amour.

Vous êtes contre la violence, et plus encore si elle est conjugale ? Vous avez mille fois raison. Alors faites diversion.

 

On pourrait mettre en doute les qualités drôlatiques du monsieur... Mais le problème n'est pas tout à fait là: cher Romain, on a bien dit « dosage »: vous songerez donc à lui laisser, de  temps à autre, les sunlights des tropiques, Gilbert Montagné  et la main sur la partie de jeu vidéo. C’est plus prudent.

 

Evitez, également, d’en faire des kilotonnes en public: ça peut mal vriller.  Pas toujours, mais ça peut.

 

D’ailleurs, vous pourriez vous appeler Robbie Williams que ça n’y changerait rien…

Et si, d’aventure, la vacuité de ma réponse vous laissait légèrement sur votre faim… Retrouvez notre émission à la Gaîté Lyrique: le couple y était justement le sujet de toutes nos préoccupations, avec Philippe Brenot, Océane Rose Marie…

 


 

Cette chronique répond à vos questions sur l'amour et la sexualité. N'hésitez-pas à nous envoyer tous vos "Faut-il ?" sur:

 

Retrouvez tous les "Faut-il ?" de Point G

Par Giulia Foïs / le 17 novembre 2014

Commentaires