"Fanny", le nouveau logiciel espion de la NSA découvert

Par Valentine Letesse / le 17 février 2015
"Fanny", le nouveau logiciel espion de la NSA découvert
Deux ex-agents de la NSA l'ont confirmé à Reuters. La NSA aurait créé un ver informatique, infiltré dans des disques durs pour espionner des milliers d'ordinateurs.

Après Edward Snowden, deux ex-agents américains lâchent une bombe sur la NSA. Ils ont confirmé ce lundi 16 février, que l'agence nationale de sécurité américaine aurait trouvé le moyen d'infecter les disques durs des plus grands fournisseurs du monde. Soit Seagate, Western Digital, et Toshiba. Mais l'information, ce sont les chercheurs russes de l'éditeur d'antivirus Kaspersky qui l'ont dévoilée.

 

Un ver informatique nommé "Fanny"

Même si les anciens analystes de la NSA affirment que Fanny est bel et bien l'enfant chéri de l'agence nationale de sécurité américaine, ce n'est pas le cas des chercheurs de Kaspersky qui ne font que la pointer du doigt. Pour eux, l'auteur du ver est le groupe "Equation". Un groupe très puissant, auteur d'un autre virus...

"Il est tout à fait possible" que le groupe à l'origine de Fanny soit le même que celui à l'origine de Stuxnet, a raconté Costin Raiu à l'agence Reuters. Stuxnet, c'est un copain de Fanny, un autre ver informatique. Et celui-ci a déjà fait ses preuves en 2011 puisqu'il a perturbé des centrales nucléaires iraniennes. Une cyber-attaque, attribuée par certains aux États-Unis depuis quatre ans.

 

Avez vous été espionné ?

Selon Kaspersky, des milliers, peut être des dizaines de milliers d'ordinateurs personnels ont été infectés dans une trentaine de pays. Premier visé: l'Iran. En deuxième place, la Russie, puis le Pakistan, l'Afghanistan, la Chine, le Mali, la Syrie, le Yémen et l'Algérie. Si n'importe quel disque dur, CD ou clef USB peut être touché, les chercheurs russes ont expliqué à Reuters que les programmes d'espionnage visaient surtout des cibles sensibles. Des institutions militaires et gouvernementales, des sociétés de télécommunication, des banques, des entreprises spécialisées dans l'énergie, des chercheurs en nucléaire, des médias, ou encore des activités islamistes.

Vous êtes curieux, et vous souhaitez savoir si Fanny ne s'est pas introduit chez vous ? Il est possible de le savoir, à condition d'être patient. Grâce à la victoire de l'association Privacy International devant le tribunal britannique, l'IPT, Investigatory Powers Tribunal, a l'obligation d'enquêter pour vous. Pour ça, il suffit de remplir ce formulaire pour déposer plainte, et d'attendre. Attendre que l'IPT demande au GCHQ britannique, les services de renseignements du pays qui ont eu accès aux informations de la NSA, si la NSA a bel et bien des données sur vous.

 


Crédit Photo : Wikipédia Commons

 

 

Par Valentine Letesse / le 17 février 2015

Commentaires