Face-sitting devant le parlement britannique

Par Augustin Arrivé / le 12 décembre 2014
Face-sitting devant le parlement britannique
Pour protester contre les nouvelles règles de censure britannique appliquées à l'industrie porno, des dizaines des professionnels du sexe invitaient les gens à pratiquer ce vendredi, sous les fenêtres des parlementaires, l'un de ces actes désormais interdits.

 

C'est une mesure destinée à protéger la jeunesse, la morale et la dignité de la femme : le Parlement Britannique a choisi la semaine dernière d'étendre aux sites pornos de vidéos à la demande une série d'interdictions déjà appliquées aux sex-shops de sa Majesté. Si vous voulez produire une vidéo de fesse et l'héberger sur un site légal au Royaume Uni, vous n'avez plus le droit d'intégrer dans son scénario (son quoi ?) une scène de face-sitting. Cette pratique à la limite du SM consiste à faire s'asseoir madame sur le visage de son/sa partenaire.

L'urophilie, l'éjaculation féminine ou le fisting sont également prohibés, mais comme c'est plus compliqué à reproduire en public, c'est bien sur le face-sitting qu'un groupe de protestataires a choisi de bâtir son action de la journée : inviter les passants à les rejoindre dans un grand "asseyage" collectif devant le palais de Westminster.

 

 

 

 

 

Notez que sur les trottoirs trempés par la pluie, il fallait du courage pour s'y risquer. Ce qui explique peut-être le faible nombre de participants. Comme le note ce twittos, il y avait parfois davantage de photographes que de face-sitters :

 

 

Menés par Charlotte Rose, professionnelle du sexe passionnée de jonquilles, les manifestants réclamaient une liberté de disposer de leur corps. La maîtresse dominatrice Ms Tytania (interrogée par Vice) y voit une interdiction purement machiste : "dans cette position, la domination est symbolique, la femme est placée au-dessus de l'homme, inatteignable." Quant à Erika Lust, réalisatrice de films érotiques, elle considère qu'il est "plus important d'éduquer que de réguler". En tout cas, en médiatisant cette cause, les face-sitters ont probablement permis à cette génuflexion de gagner plus d'adeptes qu'en huit années de YouPorn.

 

Photo de couverture : capture d'écran Blick.ch


Par Augustin Arrivé / le 12 décembre 2014

Commentaires