En Belgique, cocaïne et prostituées font leur entrée dans le PIB

Par / le 05 juin 2014
En Belgique, cocaïne et prostituées font leur entrée dans le PIB
Après l'Italie et le Royaume-Uni, c'est à présent la Belgique qui décide de faire rentrer les chiffres de la prostitution et du trafic de drogue dans le calcul de sa richesse nationale. De quoi lui assurer une bonne montée.

 

A partir de septembre, les indicateurs économiques de la Belgique vont être chamboulés.

Suite aux préconisations d'Eurostat, les "activités souterraines" vont être prises en compte dans le calcul du Produit Intérieur Brut.

Pourquoi ? Parce que, malgré les coûts élevés qu'elles entraînent pour les Etats membres, ces activités souvent illégales génèrent de l'argent. Et que quand un dealer fait ses courses, il participe néanmoins à la croissance du pays.

Une semaine après avoir adopté cette norme, le Royaume-Uni a vu son PIB croître de 12 milliards d'euros.

 

Selon les estimations, la Belgique pourrait quant à elle connaître une augmentation de son PIB de 2 à 3%. Mais ce n’est pas tout : la contribution des États aux budgets européens dépend de ces indicateurs économiques. Si le PIB des pays augmente, le budget européen aussi.

Comptablement, l’affaire semble donc parfaite. Pour autant, des associations contre les violences faites aux femmes s’inquiètent déjà de voir la prostitution “encouragée” dans leur pays.

 


 

Via 7sur7.be

Illustration CC FlickR

PaternitéPas d'utilisation commerciale Certains droits réservés par Jack Zalium 
Par / le 05 juin 2014

Commentaires