Ecoutez le langage de la Préhistoire

Par Augustin Arrivé / le 27 septembre 2013
Ecoutez le langage de la Préhistoire
Des linguistes et des archéologues travaillent depuis près d'un siècle et demi sur le sujet : tenter de retrouver les sonorités du langage d'un peuple préhistorique : les Proto-indo-européens. Et il semblerait que ça se précise.

 

Voilà typiquement ce qu'on appelle un work in progress, un travail toujours en cours et qui ne sera probablement jamais terminé. Comment retrouver le langage des hommes préhistoriques ? Il est communément admis que l'ensemble des langues européennes ont des racines communes. Elles viennent toutes d'un même peuple, les Proto-indo-européens, qui vivaient entre 4.500 et 2.500 avant Jésus Christ. Contrairement à ce qu'essaie de nous faire croire Maestro, ils ne parlaient pas français :

 

Il était une fois l'homme, L'homme de Néandertal (extrait) © Procidis, 1978

 

Le problème, c'est que le Proto-indo-européens n'existe pas sous forme écrite. Aucune trace n'a été retrouvée. L'invention de l'écriture marque justement la fin de la Préhistoire. Pour la reconstituer, il faut donc travailler par comparaison des différentes langues dont elle est à l'origine. Dans son dernier numéro, le magazine américain Archaeology nous explique les récentes avancées de ce boulot.

 

En 1868, un linguiste allemand, August Schleicher, réussit avec cette technique à isoler quelques dizaines de mots dont on est sûrs qu'ils existaient dans cette matrice. Il en tire un conte, Le mouton et les chevaux, une conversation entre des animaux. Le mouton plaint les chevaux de devoir trimballer des hommes sur leur dos, les chevaux plaignent le mouton de devoir offir sa laine aux hommes et rester nu à grelotter dans le froid.

 

August Schleicher est mort depuis longtemps, mais d'autres scientifiques ont pris le relais. Notamment, en ce moment, un mec du Kentucky, Andrew Byrd (rien à voir avec le génial chanteur du même nom), qui vient d'actualiser la traduction de la fable. Jusqu'à preuve du contraire, ça donne ça :

 

 

Le problème, c'est que ce ne sera jamais une version définitive. Il y a plusieurs écoles de pensées qui s'affrontent dans des théories pour affirmer que tel mot se prononce de telle ou telle façon. Ce qui est certain, c'est que toutes ces sonorités se sont transmises de siècle en siècle jusqu'à aujourd'hui, d'où cette impression, dans certains extraits, d'entendre de l'anglais, de l'arabe ou d'autres langages encore.

 

M'enfin on vous cite des linguistes allemands du XIXe siècle, mais au Mouv' aussi on a une spécialiste en indo-européen. Elle s'appelle Judith Aquien, et vous pouvez réécouter ses chroniques par ici.

 

Par Augustin Arrivé / le 27 septembre 2013

Commentaires